Bordeaux

Électronique

Slide-R, le capteur qui branche les planches de surf

Par Astrid Gouzik, le 23 novembre 2017

La start-up bordelaise Surf'in vient de lancer la première planche connectée dont l’ensemble de la chaîne de fabrication est localisée en France.

Capteurs électroniques
Les cartes électroniques du capteur développé par Surf'In sont fabriquées en Dordogne. — Photo : Surf'in

Le créateur

Yann Lecommandoux et Loïc Griffié ont deux amours : le numérique et la glisse. Alors quand les chemins de ces deux développeurs se croisent, tout naturellement naît l’idée de faire cohabiter leurs deux passions. Surf’in naît en août 2015 avec la ferme intention de proposer une solution d’instrumentation des planches de surf. « Mais avant de voir aboutir ce projet marathon, on avait besoin de projets intermédiaires, avec des temps de réalisation plus courts », explique Loïc Griffié. Ils décident alors de créer un réseau social réservé aux surfeurs. Un joli projet qui ne leur fait pas oublier pour autant leur plan initial : développer un outil qui permette de connecter une planche. Et comme défi en prime, que cet objet soit entièrement « made in France ».

Le concept

Un peu plus de deux ans plus tard, Slide-R glisse sur ses premières vagues. Les deux comparses viennent de lancer une campagne de pré-commande pour la toute première planche connectée, 100% fabriquée en France. « Pour développer notre capteur, on a fait des travaux primaires avec l’Ecole nationale supérieure d'électronique, informatique, télécommunications, mathématiques et mécanique de Bordeaux », raconte Loïc Griffié. Une fois cette première partie accomplie, validant la faisabilité du projet, les deux associés font appel à Ob’do, une entreprise spécialisée dans les objets connectés pour les activités sportives, afin d’achever les étapes de R&D. Résultat : un boîtier de 6 centimètres de diamètre et 2,5 centimètre d’épaisseur, entièrement autonome, et directement intégré dans la mousse des planches. D’une autonomie de 580 heures, le capteur se recharge en continu à l’aide d’un panneau photovoltaïque placé sur le dessus de la planche. Quant à l’enregistrement des données, il se déclenche automatiquement dès que l’algorithme identifie certains signes, comme la rame par exemple.

Les perspectives

« Surf’in n’a pas vocation à vendre des planches de surf, mais uniquement le capteur », insiste Loïc Griffié. Il n’en reste pas moins, que pour convaincre de l’efficacité de leur produit, il a fallu l’intégrer à une planche, réalisée par UWL-Surfboards. Mais à terme, la start-up voudrait vendre son capteur à des industriels, comme Decathlon, Bic ou Quicksilver, pour qu’ils l’intègrent à leurs gammes de planches connectées. Pour le moment, tout se joue sur la campagne de pré-commande lancée sur Kickstarter. « Notre objectif est de vendre l’équivalent de 60 planches », espère le Bordelais.

Capteurs électroniques
Les cartes électroniques du capteur développé par Surf'In sont fabriquées en Dordogne. — Photo : Surf'in

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.