Gironde

Aéronautique

Ryanair va créer une base et 60 emplois à Bordeaux

Par Astrid Gouzik, le 27 septembre 2018

La compagnie aérienne low-cost Ryanair installera une base à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac dès avril 2019, avec à la clé la création de 60 emplois directs et 825 emplois indirects. Pour absorber la croissance de l’activité low-cost, l’aéroport de Bordeaux va investir pour doubler la surface de son terminal Billi.

David O'Brien, directeur commercial de Ryanair, et Pascal Personne, président du directoire de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. — Photo : Aéroport de Bordeaux

Une belle prise supplémentaire pour l’aéroport de Bordeaux ! Moins d’un an après l’installation durable d’EasyJet à Mérignac, la compagnie aérienne irlandaise Ryanair a officialisé l’ouverture d’une base sur l’aéroport girondin en avril 2019. Simultanément, elle faisait une annonce similaire à l’aéroport de Marseille. La compagnie aérienne n°1 en Europe ne disposait plus de base en France depuis 2011.

Seize nouvelles lignes seront donc proposées par la compagnie low-cost au départ de Bordeaux (24 lignes au total) dont deux lignes intérieures vers Marseille et Nantes. Deux avions seront basés à Mérignac pour un investissement total de 200 millions de dollars.

Tensions chez Ryanair

« Nous allons créer 60 emplois directs et 825 emplois indirects », se félicite David O’Brien, directeur commercial de Ryanair. « Nos salariés à Bordeaux signeront un contrat de travail français et bénéficieront des droits du travail français », précise la direction de Ryanair. En creux, le conflit opposant la direction de la compagnie à bas coûts et les syndicats réclamant de meilleures conditions de travail et l’emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence (Ryanair employant une partie de son personnel via des contrats de droit irlandais). Mercredi 26 septembre, la veille des annonces de la compagnie aérienne, la commissaire européenne aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, intervenait pour exhorter Ryanair à respecter la loi européenne. « Ce n’est pas le pavillon de l’avion qui détermine la loi applicable », a jugé la Commission européenne dans un communiqué.

Un lien entre cette annonce surprise de Ryanair et la décision de Bruxelles, à quelques jours d’une grève européenne de son personnel de cabine ? Simple hasard du calendrier, rétorque-t-on du côté de l’entreprise irlandaise. « Ces décisions ont été prises en décembre dernier », assure Eddie Wilson, DRH du groupe.

Extension du terminal Billi

Quoi qu’il en soit, l’aéroport de Bordeaux ne boude pas son plaisir d’avoir réussi à ferrer une nouvelle compagnie low-cost, son principal moteur de croissance. Avec 70 vols hebdomadaires, Ryanair entend faire voyager 1,1 million de passagers depuis Bordeaux en 2019, soit une hausse de 124 % de son trafic.

Pour absorber cette croissance, l’aéroport de Bordeaux devra faire quelques ajustements. « Nous allons procéder à une nouvelle extension considérable du terminal Billi (dédié aux compagnies low-cost, NDLR), pour en doubler sa surface », annonce Pascal Personne, président du directoire de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Le budget pour cette extension avait d’ores et déjà été provisionné dans le plan d’investissement global de 130 millions d’euros, voté fin 2017.

David O'Brien, directeur commercial de Ryanair, et Pascal Personne, président du directoire de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. — Photo : Aéroport de Bordeaux

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail