Bordeaux

Automobile

Retrait de Ford de l'usine Getrag : Magna ne devrait pas dévoiler sa stratégie avant 2021

Par Anne Cesbron, le 10 septembre 2020

Unique client de l'usine bordelaise, Ford s'apprête à céder ses parts de Getrag Ford Transmissions au groupe canadien Magna. Les syndicats craignent pour l'avenir du site, la direction essaie de calmer le jeu. Quant au groupe canadien, il ne devrait pas dévoiler sa stratégie avant 2021. 

Première mobilisation des salariés de Getrag le 10 septembre 2020 sur le site de Blanquefort, après l'annonce du départ capitalistique de Ford de l'entreprise de boites de vitesses.
Première mobilisation des salariés de Getrag le 10 septembre 2020 sur le site de Blanquefort, après l'annonce du départ capitalistique de Ford de l'entreprise de boîtes de vitesses. — Photo : JDE

L’usine Getrag Ford Transmissions de Blanquefort est en passe d’être totalement cédée par Ford à son co-actionnaire, l’équipementier automobile canadien Magna (33 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 165 000 salariés). Fin août, l’annonce de la dissolution prochaine de cette co-entreprise datant de 2016 a fait l’effet d’une bombe côté salariés blanquefortais. Une centaine d’entre eux s’est réunie devant les grilles du site de fabrication de boîtes de vitesses ce jeudi 10 septembre 2020.

Les interrogations portent sur l’avenir du site bordelais. Selon les syndicats, le groupe canadien pourrait fortement revoir à la baisse les capacités de production de l’usine. D'autant que Ford est actuellement l'unique client de cette usine qui emploie 900 salariés et qui réalise 200 millions de chiffre d’affaires. « Actuellement, nous réalisons 450 000 pièces par an. Nous savons que les volumes vont ensuite baisser jusqu’en 2024 pour atteindre 250 000. Nous savons aussi que dans un marché qui change, qui migre vers l’hybride, notre transmission est vouée à mourir. Magna doit nous rassurer », lance Régis Labasse, élu Force Ouvrière.

La stratégie de Magna ne devrait pas être connue avant 2021

Pour la direction de l’entreprise, « il est très prématuré de s’inquiéter ». L’usine girondine aurait même de bons atouts à faire valoir. « Dans sa stratégie, Magna, essentiellement présent aujourd’hui sur la boîte automatique, dit vouloir se positionner sur le marché de la boîte manuelle. Bordeaux lui permet aussi de s’implanter en Europe de l’Ouest, tel qu’il le souhaite pour sa branche powertrain (transmission et moteur, NDLR) », avance Olivier Boidin, directeur des ressources humaines de Getrag Ford Transmissions. Selon le DRH, la sortie de Ford permettrait en outre à Magna d’adresser des concurrents du constructeur automobile américain, « chose qui ne peut pas se faire dans le cadre de la joint-venture ».

Le dévoilement de la stratégie du canadien Magna ne devrait pas intervenir avant 2021, un état des lieux des actifs de Getrag Ford Transmissions devant au préalable être réalisé.

Première mobilisation des salariés de Getrag le 10 septembre 2020 sur le site de Blanquefort, après l'annonce du départ capitalistique de Ford de l'entreprise de boites de vitesses.
Première mobilisation des salariés de Getrag le 10 septembre 2020 sur le site de Blanquefort, après l'annonce du départ capitalistique de Ford de l'entreprise de boîtes de vitesses. — Photo : JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail