Nouvelle-Aquitaine

Réseaux

Pour la CCI Nouvelle-Aquitaine, « les plus petites chambres sont menacées »

Par Anne Cesbron, le 09 juillet 2018

Alors que le gouvernement a annoncé une nouvelle ponction sur les revenus des CCI, les chambres manifestent leur inquiétude. Pour Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, « certaines chambres, les plus petites, sont menacées ». 

Jean-François Clédel, président d'Ingeliance et de la CCI Nouvelle-Aquitaine.
Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine : « Nous sommes prêts à accompagner l'effort nécessaire de diminution de la dépense publique dans des proportions qui permettent de maintenir l'efficacité de cet outil de développement économique. » — Photo : Anne Cesbron

Salariés, organisations syndicales et élus de la CCI Bordeaux Gironde appellent à se mobiliser mardi 10 juillet, Place de la Bourse à Bordeaux. La cause de la grogne : un coup de rabot sur les revenus des chambres consulaires. « C'est l'incompréhension qui prédomine dans tout le réseau », déplore Jean-François Clédel. « Le gouvernement s'était engagé à ce que la baisse de 18 % en 2018 de ces ressources fiscales soit la dernière du quinquennat. Or, on nous annonce une nouvelle baisse qui devrait représenter plus de 50 % de la ressource fiscale. L'Etat ne tient pas sa parole ».

« L'ensemble du réseau mis à mal »

Le président de la CCI Nouvelle-Aquitaine se déclare « atterré par ce comportement, comme bon nombre d'élus », et de rappeler que des structures locales pourraient tout simplement ne plus pouvoir assurer leurs missions, comme celles de la Corrèze ou du Lot. « Certaines d'entre elles sont dépendantes à plus de 80 % de ce revenu. Quoi qu'il en soit, c'est l'ensemble du réseau et l'efficacité de cet outil au service du développement économique du territoire qui vont être mis à mal », conclut-il. 

Jean-François Clédel, président d'Ingeliance et de la CCI Nouvelle-Aquitaine.
Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine : « Nous sommes prêts à accompagner l'effort nécessaire de diminution de la dépense publique dans des proportions qui permettent de maintenir l'efficacité de cet outil de développement économique. » — Photo : Anne Cesbron