Gironde

Gestion

Patrick Seguin (CCI Bordeaux Gironde) incite les chefs d'entreprise à ne pas « se renfermer dans leur coquille »

Par Anne Cesbron, le 27 mars 2020

À l’occasion d’un point sur l’activité de soutien aux entreprises de la Chambre de commerce et d’industrie de Gironde, son président Patrick Seguin a incité les chefs d’entreprise « à prendre leurs responsabilités et arrêter leur activité ».

Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux-Gironde.
Le président de la CCI Bordeaux-Gironde exhorte les dirigeants à contacter les services publics et leur banque, sans attendre « il n’y en n’aura peut-être pas pour tout le monde". — Photo : Anne Cesbron

En cette fin de seconde semaine de confinement, les messages aux entrepreneurs se font plus graves. Lors de sa web conférence, ce vendredi 27 mars, le président de la Chambre de Commerce Bordeaux-Gironde a tenu à faire passer des annonces sans fard, notamment au sujet de l’isolement de certains chefs d’entreprise. « Ne restez pas seul », a ainsi lancé Patrick Seguin, sans mâcher ses mots : « il faut appeler un chat un chat, il s’agit bien de situations de suicide aujourd’hui ». Une cellule de crise a ainsi été installée aux côtés de l’association Apesa et de son réseau régional, « il s’agit d’éviter le pire ».

Orienter les acteurs économiques en difficulté

Craignant que certains « ne se renferment dans leur coquille », la CCI a communiqué aux élus, depuis les maires jusqu’aux députés et sénateurs des fiches conseils pour orienter les acteurs économiques en difficulté. « Nous savons que 38 % des entreprises n’ont pas de site internet », a rappelé Patrick Seguin, mettant le doigt sur la problématique de la fracture numérique. Et le président de la CCI  d'exhorter les dirigeants à contacter les services publics et leur banque, « N’attendez pas, il n’y en n’aura peut-être pas pour tout le monde. Et tracez tout ce que vous faites en matière de demandes d’aides ou d’ordre d’arrêts de service ».

Se placer sous la protection du tribunal de commerce

Depuis le début de la crise, 1 000 dossiers ont été ouverts via le mail contact de la CCI Bordeaux-Gironde. Un tiers des demandes a engagé un dispositif de suivi renforcé. Commerce non-alimentaire, restauration, hôtellerie, tourisme, sont les secteurs qui d’ores et déjà souffrent de la situation. Les PME de moins de cinquante salariés connaissant en amont de la crise des difficultés de paiements ou de trésorerie sont les plus menacées. « Les plus fragiles sont d’autant plus fragilisés, Bpifrance ne pouvant pas garantir auprès des banques les prêts des entreprises qui avaient des alertes d’impayés », regrette Patrick Seguin, qui en appelle à la mise en place d’un fonds spécial pour ces entreprises très fragilisées. Et à leur adresse, de prévenir : « Mettez-vous sans attendre sous la protection du tribunal de commerce. Ce n’est pas une infamie, c’est un acte de gestion ».

Arrêter toute activité

Ôtant sa casquette de président de la CCI, Patrick Seguin a tenu à exprimer son opinion de citoyen. « J’en appelle aux chefs d’entreprise : en votre âme et conscience, prenez vos responsabilités. Ne sommes-nous pas capables d’arrêter nos activités pendant 15 jours ? Et lorsque l’épidémie sera finie, cet été, au lieu de partir en vacances, il sera grand temps de rattraper le temps perdu . Personne n’est capable de dire combien de temps cela va encore durer, mais il est certain qu’il nous faudra des gens en pleine santé pour redémarrer », a-t-il conclu.

Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux-Gironde.
Le président de la CCI Bordeaux-Gironde exhorte les dirigeants à contacter les services publics et leur banque, sans attendre « il n’y en n’aura peut-être pas pour tout le monde". — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail