Bordeaux

Sport

Le stade Matmut Atlantique cherche (encore) son équilibre

Par Anne Cesbron, le 18 décembre 2019

Quatre événements d’envergure de 2019, sportifs et musicaux, organisés au stade Matmut-Atlantique ont été passés au crible de la CCI Bordeaux Gironde pour en préciser les retombées économiques. Au-delà de cette analyse diligentée par le Stade Bordeaux-Atlantique (SBA), exploitant de l’enceinte, il s’agit d'évoquer la clause de revoyure qui lui permet de rouvrir les discussions avec la collectivité à partir de mai 2020 pour trouver comment palier les 13,6 millions d'euros de pertes nettes.

Le stade Matmut Atlantique à Bordeaux.
Le stade Matmut Atlantique à Bordeaux fêtera ses cinq ans en 2020. Conçu pour accueillir le club résidant, les Girondins de Bordeaux, il a rassemblé depuis son ouverture près de trois millions de spectateurs d'événement sportifs et musicaux. — Photo : Vigouroux Perspective

« Cette enceinte est utile à l’économie locale, à l’emploi, c’est aussi un facteur d’attractivité pour le territoire. Les artistes internationaux viennent désormais à Bordeaux. C’est acquis : nous savons accueillir les grands rendez-vous ». Christophe Pierrel est le président de la société Stade Bordeaux-Atlantique (SBA), exploitante de l’enceinte de 42 000 places (17, 4 M€ de chiffre d’affaires en 2018, 11 collaborateurs). En poste depuis avril 2019, il dispose désormais d’arguments pour qui s’interrogerait encore sur le bien-fondé d’un tel équipement à Bordeaux. Une étude de la CCI Bordeaux-Gironde l’établit : en cinq ans d’existence, le stade a représenté « 209,1 millions d’euros de surcroît d’activité économique générés pour le territoire, par les 27 événements exceptionnels ».

Pourtant SBA accuse un déficit qui se creuse inexorablement, avec un résultat net de - 13,6 millions d’euros depuis le début du contrat. En mars 2018, les constructeurs et actionnaires, Vinci Concessions et Fayat effectuaient un nouvel apport de fonds de 1,5 million d’euros pour répondre à un besoin de trésorerie. Et pour l’exercice 2019, le modèle financier prévoit un résultat net de - 834 000 euros. Ainsi, au-delà de l’analyse diligentée par le Stade Bordeaux-Atlantique, il s’agit d’évoquer un modèle économique mal évalué au départ et un équilibre financier difficile à atteindre dans les conditions du contrat qui le lie avec Bordeaux Métropole jusqu’en 2030… En ligne de mire, SBA voit poindre la clause quinquennale de revoyure qui lui permettra de rouvrir les discussions avec la collectivité à partir de mai 2020.

« La collectivité fera ce qu’elle veut. L’idée n’est d’ailleurs pas de demander de l’argent public et que cela coûte plus cher au contribuable. Il s’agit de réaligner les intérêts », martèle Christophe Pierrel. Et Nicolas Florian, maire de Bordeaux, vice-président de Bordeaux Métropole de confirmer : « Il n’est pas envisagé de revoir la relation économique, les loyers et redevance. L’agglomération a effectivement signé un bon contrat. Mais il y a un sujet aujourd’hui ».

Remplir le stade

Ce jour de présentation de l’enquête, un équipier manque à l’appel. C’est pour lui que le stade a été conçu : Les Girondins, club résidant. Ce ménage à trois, « ce modèle français assez désaligné », participe selon Christophe Pierrel des résultats de SBA. « Cette relation collectivité propriétaire- société exploitante et club est plutôt destructrice de valeurs ». Mettre cartes sur table nécessiterait la présence des Marines et Blancs dans le jeu… une partie qui s’engagera donc en mai. En attendant, il faut remplir le stade. L’accueil de matchs de la coupe du monde de rugby en 2023 est déjà gagné. Celui d’épreuves olympiques en 2024 ferait l’objet de discussions. Plus proche, le concert de Paul McCartney en mai prochain, serait déjà un succès… « Quand je discute avec Paul Goze, président de la Ligue nationale de rugby, à propos de l’organisation des matchs du Top 14, il me dit « on reviendra ». Même réponse lorsqu’après le match France-Serbie (qualificatif de Euro 2021 féminin, NDLR), je m’assure que tout s’est bien passé », rapporte l’élu qui conclut d’un sourire, « reste à prendre date ».

Le stade Matmut Atlantique à Bordeaux.
Le stade Matmut Atlantique à Bordeaux fêtera ses cinq ans en 2020. Conçu pour accueillir le club résidant, les Girondins de Bordeaux, il a rassemblé depuis son ouverture près de trois millions de spectateurs d'événement sportifs et musicaux. — Photo : Vigouroux Perspective

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail