Bordeaux

Conseil

Le cabinet de conseil toulousain Willing prend ses quartiers à Bordeaux

Par Astrid Gouzik, le 03 décembre 2020

Spécialisé dans la transformation numérique et la conduite du changement, le cabinet de conseil toulousain Willing a profité du premier confinement pour ouvrir son quatrième bureau, à Bordeaux. Une prise de risque mesurée selon son directeur général Cyril Vegni, qui prépare déjà son arrivée à Nantes. 

Cyril Vegni, directeur général de Willing.
Cyril Vegni a cofondé le cabinet de conseil Willing en 2016, à Toulouse. — Photo : DR

C’est un plein confinement, au mois de mars dernier, que Cyril Vegni concrétise une idée qui lui trottait dans la tête depuis un certain temps déjà. Le cabinet de conseil en transformation numérique qu’il a fondé en 2016 avec Benjamin Provost prospère à Toulouse. En un peu moins de 5 ans, l’entreprise Willing a recruté une centaine de collaborateurs, ouvert des bureaux à Paris et Nice, et atteint un chiffre d’affaires d’environ 10 millions d’euros en 2020. Ce Parisien d’origine décide alors de suivre le cours de la Garonne pour venir s’installer dans la capitale girondine.

Un accélérateur de transformations

Quelques semaines plus tard, les sept premiers salariés du bureau bordelais de Willing posent leurs cartons dans l’espace de coworking Mama Works, dans le quartier des Bassins à flots. "On est arrivés à poil, sans client", raconte le directeur général. "Mais cela a marché plus vite qu’on ne l’imaginait. Très vite, nous avons signé un premier contrat avec Bordeaux Métropole pour de l’accompagnement en ressources humaines. Puis ont suivi un département de la Nouvelle-Aquitaine sur un sujet d’optimisation financière et une mutuelle, pour repenser la stratégie de marque."

Quant à savoir s’il n’était pas hasardeux d’ouvrir un nouveau bureau en pleine crise sanitaire, le dynamique dirigeant balaie les incertitudes d’un revers de la main. "La crise rebat les cartes. Nous sommes sollicités sur des marchés qui prennent un essor important : la gestion de crise, les plans de continuité de l’activité. Les entreprises doivent aussi repenser la relation client à distance, justifie Cyril Vegni. Dans cette panique ambiante, des entreprises pensent tout de même au futur, anticipent 2023. Pour moi, le Covid-19 n’a fait qu’accélérer des transformations qui étaient déjà engagées".

Un bureau à Nantes en 2021

"Et puis avec le changement de municipalité, des positions figées depuis des dizaines d’années ont commencé à bouger", ajoute-t-il. De quoi donner des ailes à Willing qui a déjà commencé les prospections afin d’ouvrir un bureau à Nantes et de créer une entité "Willing Atlantique" dont la tour de contrôle sera basée à Bordeaux. L’entreprise espère recruter entre 5 et 10 collaborateurs sur le 1er semestre 2021 à Nantes, et atteindre 20 salariés pour le bureau bordelais d’ici à fin 2021. L’entreprise devrait d’ailleurs déménager prochainement dans des bureaux de 160 m2 sur la rive droite de la Garonne.

Une année qui s’annonce chargée pour le spécialiste de la transformation numérique et de la conduite du changement qui planche sur un nouvel outil, baptisé Willab. " Nous essayons de repenser le métier du conseil et d’éliminer les taches à faible valeur ajoutée qui coûtent très cher aux clients, via des solutions numériques. Nous allons co-développer cette solution en partenariat avec une société locale en 2021, nous sommes actuellement en discussion avec deux entreprises bordelaises", précise Cyril Vegni, décidément jamais à court d’idées.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail