Bordeaux

Numérique

L'assistant virtuel Wiidii prêt à se lancer sur le marché européen

Par Romain Béteille, le 24 mars 2021

La start-up bordelaise Wiidii, à l’origine d’un assistant virtuel en marque blanche, s’apprête à déployer son service en Europe. En mai, elle lancera une levée de fonds de 3 millions d’euros pour concrétiser ses ambitions.

Cédric Dumas, cofondateur et dirigeant de la start-up bordelaise Wiidii
Cédric Dumas, cofondateur et dirigeant de la start-up bordelaise Wiidii — Photo : Wiidii

La start-up Wiidii (54 salariés, chiffre d’affaires non communiqué), qui développe une application d’assistant virtuel en marque blanche pour des acteurs de l’assurance, de la banque ou encore du tourisme, a de grandes ambitions pour 2021. En mai, la société, créée en 2014 à Bordeaux, s’apprête à lancer une nouvelle levée de fonds de 3 millions d’euros pour accélérer sa croissance.

Une année compliquée

Après avoir abandonné la piste d’un développement aux Émirats arabes unis, amorcée en 2019, la société a décidé de se reconcentrer sur l’Europe. "Nous sommes dans une phase de croissance et d’installation dans des pays que nous ne connaissons pas, mais nous faisons ça par pallier car nous ne voulons pas avancer trop vite", commente Cédric Dumas, fondateur et dirigeant de Wiidii, pour qui 2020 a été une année en demi-teinte.

"Entre 2015 et 2019, nous avons fait beaucoup de pilotes de notre assistant pour nos clients. 2019 a été l’année des lancements mais 2020 est venue chambouler un peu tout ça, beaucoup de clients ont annulé ou repoussé le lancement du service. Tout devrait se relancer d’ici à l’été", espère l'entrepreneur, qui compte notamment Axa et la Caisse d’Épargne parmi ses clients. Fin 2019, Wiidii a gagné l’appel d’offres d’un "leader mondial londonien des cartes bancaires, un contrat de trois ans qui cible plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs", dévoile Cédric Dumas. La start-up a également signé en septembre 2020 un contrat avec la banque françaises Arkéa sur plusieurs années.

Nouvelle cible

En attendant le grand saut qui lui permettra de passer de 54 à "entre 70 et 80 employés", Wiidii s’est aussi découvert pendant la crise sanitaire une cible d’utilisateurs inattendue : les personnes malades et handicapées, qui ont vu dans l’application un assistant du quotidien pour des prises de rendez-vous ou des aides administratives.

"Nous avons constaté qu’une frange de nos utilisateurs se servait de Wiidii plus d’une fois par jour. Toutes ces personnes avaient un handicap ou une maladie, l’assistant répondait donc à un besoin fort. Certains ont demandé à être auditionnés par la Maison Départementale des Personnes Handicapées pour qu’elle puisse prendre en charge cet outil et démontrer son caractère d’utilité publique", décrit le dirigeant. Jusqu’à fin  juin, le "One Compagnon" de Wiidii est accessible gratuitement pour toutes les personnes en situation de handicap et le personnel soignant, après quoi il devrait passer en abonnement payant.

Deux nouvelles antennes

Concentrée sur la recherche et le développement de son outil, Wiidii a effectué une levée de fonds par an depuis 2015. "Nous avons levé 7,4 millions d'euros sans faire entrer de fonds à notre capital. Nous voulons garder un contrôle tant que c’est possible", confirme Cédric Dumas.

Déjà implantée à Montréal et Lille, la start-up vise le million d’euros de chiffre d’affaires en 2021 et va rendre opérationnelle deux nouvelles antennes à Sofia (Bulgarie) et Barcelone. L’Allemagne pourrait être l’étape suivante dans le but de conquérir rapidement le marché européen.

Cédric Dumas, cofondateur et dirigeant de la start-up bordelaise Wiidii
Cédric Dumas, cofondateur et dirigeant de la start-up bordelaise Wiidii — Photo : Wiidii

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail