Gironde

Vin

L'AOC Graves sélectionne aussi ses ambassadeurs

Par Anne Cesbron, le 22 octobre 2020

Le syndicat viticole des Graves, présidé par Dominique Guignard, lance le label "Ambassadeur des Graves" élaboré à partir des attentes et des goûts des consommateurs. Ce travail débuté en 2015 débouchera en juin 2021 sur un premier palmarès des châteaux participants, sur un millésime donné. 

Mayeul l'Huillier, directeur et Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves.
Pour Mayeul l'Huillier, directeur et Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves, le label « Ambassadeur de Graves » doit rendre plus lisibles les ambitions des exploitants et rassurer le consommateur. — Photo : Anne Cesbron

« Nous ne sommes rien sans une marque collective », martèle celui qui vient d’être réélu pour un quatrième mandat de président du syndicat viticole des Graves. Dominique Guignard, viticulteur à Mazères, au Château Roquetaillade la Grange depuis 25 ans, associé à ses deux frères, est engagé depuis cinq ans dans la création d’un nouveau label, « qui n’est ni un classement, ni un concours, mais une mise en avant annuelle au bénéfice des châteaux contrôlés par l’appellation, au bénéfice de la production ».

Briser un plafond de verre

Un travail long pour construire un dispositif de sélection auprès des 200 exploitations qui composent l’AOC Graves, producteurs de 20 millions de bouteilles, soit 3 % du vignoble de Bordeaux. « À la problématique d’une offre de vins de Graves particulièrement variée sont venus s’ajouter d’autres enjeux relatifs à l’évolution des attentes des consommateurs dans une offre pléthorique », reconnaît l’exploitant. Pour valoriser leurs vins au-delà du segment 12-20 euros, les producteurs de l’AOC veulent briser « un plafond de verre ». Le label « Ambassadeur de Graves » doit rendre plus lisibles leurs ambitions. « Nous avons le sentiment d’être de plus en plus amenés à supporter des contraintes réglementaires, administratives, des injonctions sociétales, sans retombées à la hauteur de ces investissements, sans valorisation de nos produits », pointe le viticulteur.

En respect de la typicité de l’appellation

Pour ce faire, le syndicat s’est adjoint les services de l’organisme de contrôle QB vérification, filiale de Quali-Bordeaux et du rochelais Techni’Sens, institut indépendant spécialisé en analyse sensorielle et science du consommateur. Le résultat ? L’élaboration d’un label auprès duquel les châteaux pourront chaque année proposer leurs vins rouges, blancs secs et bancs doux sur un millésime donné, un produit par chai de vinification. Les dégustations de 80 consommateurs non bordelais, placés au cœur du parcours de sélection, débuteront en mai pour la publication d’un premier palmarès fin juin. Ce panel d’amateurs se prononcera après une première étape confiée aux viticulteurs. À eux de fixer au préalable le niveau de qualité minimale en respect de la typicité des vins de Graves et en tenant compte des caractéristiques du millésime.

Le montant de l’investissement pour cette campagne inédite n’est pas communiqué, en revanche le syndicat estime à environ 20 à 25 centimes le prix de l’opération rapporté à chaque bouteille des châteaux participants.

Mayeul l'Huillier, directeur et Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves.
Pour Mayeul l'Huillier, directeur et Dominique Guignard, président du syndicat viticole des Graves, le label « Ambassadeur de Graves » doit rendre plus lisibles les ambitions des exploitants et rassurer le consommateur. — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail