Bordeaux

Numérique

La tactique de Bordeaux pour séduire Deezer

Par Astrid Gouzik, le 15 mai 2018

La rumeur bruissait depuis plusieurs semaines : un important acteur du numérique allait venir s'installer à Bordeaux. Le site de streaming musical Deezer a mis fin au suspense en annonçant ouvrir son deuxième bureau français dans la capitale girondine.

Le site de streaming musical va ouvrir un bureau de 40 personnes à Bordeaux. — Photo : Deezer

Petit à petit, l'écosystème numérique bordelais s'étoffe. Si les start-up - plus ou moins viables - sont légion, les structures dont la renommée participerait à faire rayonner Bordeaux comme territoire du numérique sont plus frileuses à s'établir sur les rives de la Garonne. Jusqu'il y a quelques mois en tout cas...

L'éditeur de jeux vidéo Ubisoft a ouvert le bal en installant son nouveau studio dans le quartier des bassins à flot. Puis le site de paris sportifs Betclic y a déplacé son siège social. Dans leur sillon, une nuée de cabinets de conseil en transformation digitale et services numériques en tout genre, comme le rennais Niji. C'est au tour du site de streaming musical Deezer de choisir la capitale girondine pour ouvrir son deuxième bureau français. Pour commencer, Deezer va faire venir une dizaine de ses collaborateurs dans ses locaux, situés dans le quartier de la gare Saint-Jean, puis partira ensuite à la recherche de talents sur place. Le bureau - qui devrait à terme être composé d'une quarantaine de personnes - sera dirigé par l'actuel directeur « Engineering - Tooling », Romain Lods. 

Le leader français du streaming musical espère « profiter du dynamisme digital de la ville ainsi que celui de ses principaux acteurs économiques ». En coulisses, c'est surtout l'intense lobbying des élus locaux - Alain Juppé et Virginie Calmels en tête - et d'Invest in Bordeaux, l'agence pour le développement économique de la métropole, qui ont permis de souffler cette proie prestigieuse au nez et à la barbe de Nantes. Un mode « opération séduction » enclenché dès le mois de janvier. Un déjeuner était alors organisé avec plusieurs entrepreneurs bordelais notamment les patrons d'Azendoo, Interaction Healthcare ou encore Immersion pour vanter la douceur de vivre girondine et ses atouts économiques.

Esprit d'équipe

« Je crois que cet esprit collectif a vraiment été déclencheur, ce mode opératoire un peu informel, le partage d'expérience : "voilà les difficultés que j'ai rencontrées en arrivant et voici comment je vais pouvoir t'aider". Nous n'avons pas cherché à cacher les difficultés », raconte Christophe Chartier, PDG d'Immersion et vice-président en charge des marchés export de French Tech Bordeaux. « De mon côté, j'ai mis en avant les laboratoires universitaires d'excellence avec lesquels ils pourraient collaborer comme le Laboratoire Bordelais de Recherche en Informatique (LaBRI) ou le Laboratoire en Sciences de l'Information et de la communication (Mica) ». Puis l'agence Invest in Bordeaux a organisé un week-end avec certains collaborateurs de Deezer et leurs familles... Un petit tour sur le bassin d'Arcachon, histoire d'achever de convaincre les sceptiques.

« Le choix de cette entreprise emblématique est une nouvelle reconnaissance de notre attractivité, un signe qui vient renforcer encore notre dynamique », a commenté Alain Juppé après l'annonce officielle. Surtout, le géant français du streaming vient étayer la nouvelle réputation de Bordeaux. Qui sera le prochain à céder aux sirènes de la ville ? Les rumeurs bruissent déjà... 

Le site de streaming musical va ouvrir un bureau de 40 personnes à Bordeaux. — Photo : Deezer

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture