Bordeaux

Santé

La start-up Lucine crée une application pour lutter contre la douleur

Par Anne Cesbron, le 11 décembre 2017

Maryne Cotty Eslous a créé Lucine en 2017. Cette start-up développe une application qui doit aider les patients et les professionnels de santé à mesurer, analyser et soulager les douleurs chroniques.

Maryne Cotty Eslous, fondatrice de la start-up bordelaise Lucine.
Maryne Cotty Eslous, fondatrice de la start-up bordelaise Lucine. — Photo : Anne Cesbron

Ne pas subir. Maryne Cotty Eslous, 29 ans, sait de quoi elle parle. Cette chercheuse en sciences humaines et neurosciences souffre chaque jour de douleurs chroniques. Sa maladie lui a ouvert les yeux sur des carences en matière de réponses médicales. « Il faut des mois pour obtenir un rendez-vous pour une consultation anti-douleur, regrette l’intéressée, alors que des réponses rapides existent. Ce sont elles que je veux mettre dans la poche du patient ». En 2015, elle quitte son poste de directrice en R&D pour se consacrer entièrement à son projet : concevoir un « médicament numérique » personnalisé fonctionnant sur la base des thérapies comportementales et cognitives.

La douleur, une expression culturelle

Le principe : le patient souffrant se connecte, répond à cinq questions relatives à son état de santé et scanne son visage à l’aide d’un masque de réalité virtuelle. La reconnaissance faciale analyse la mobilité du visage. Suivent 45 secondes de traitements, une prescription constituée de stimulations visuelles et auditives, de réalité augmentée et de jeu pédagogique. Le cerveau crée alors de sa propre endorphine, ses anti-douleur naturels. « Le caractère innovant est double, explique Maryne Cotty Eslous. Les éléments de traitement sont regroupés en un seul soin et chaque application est personnalisée ».

Rejointe par Aymeric Esperance, devenu directeur général, Maryne Cotty Eslous cible les marchés des pays francophones.« La douleur est une expression culturelle. Une version américaine demanderait à elle seule, une année de travail contre six mois pour une commande francophone ». Accompagnée au sein de la pépinière Le Campement à Darwin, la start-up de 10 personnes occupe également des bureaux à La Coursive, hébergeur de jeunes pousses de la CCI Bordeaux Gironde.

Premières ventes

En 2017 des « petits Lucine » vendus en exclusivité pour une pathologie spécifique ont séduit un laboratoire pharmaceutique, une mutuelle et un établissement pour personnes âgées, l’application étant gratuite pour les utilisateurs. La SAS créée en mars dernier a signé depuis septembre 100 000 euros de chiffres d’affaires, 200 000 autres sont attendus avant la fin de l’année.

« L’année 2018 sera celle où tout va bouger », assure Maryne Cotty-Eslous. Vingt centres anti-douleur, en France, Suisse, Belgique et au Québec vont accompagner 2 000 patients dans un essai clinique. L’étude d’impact socio-économique suivra. L’accréditation en dispositif médical et le marquage CE en dépendent. Puis viendra l’étape économiquement fondamentale, celle de la prise en charge du remboursement par l’assurance maladie attendue dès 2019.

Maryne Cotty Eslous, fondatrice de la start-up bordelaise Lucine.
Maryne Cotty Eslous, fondatrice de la start-up bordelaise Lucine. — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail