Gironde

Numérique

La recharge sans fil d'Ipan Ipan s'invite à la table de McDonald’s

Par Jean Berthelot de La Glétais, le 26 février 2020

Fabricante de solutions de recharge sans fil destinées aux lieux d’accueil du public, la start-up de Pessac (Gironde) Ipan Ipan vient de signer un contrat avec McDonald’s pour équiper près de 400 restaurants français de l’enseigne.

Fabricante de solutions de recharge sans fil destinées aux lieux d’accueil du public, la start-up girondine Ipan Ipan vient de signer un contrat avec McDonald’s pour équiper près de 400 restaurants de l’enseigne.
 "L’hygiène est le point le plus important, mais au-delà de cela la technologie filaire rompt aussi forcément le design du meuble", explique Franck Gahéneau, fondateur d'Ipan Ipan, — Photo : DR

Ce n’est pas tout à fait le plus grand des maux contemporains mais ça pourrait y ressembler : la nomophobie, ou la peur d’être éloigné de son téléphone portable, gagne du terrain. Avec elle, son corollaire, pas encore nommé mais déjà bien réel : l’angoisse de ne pouvoir recharger son appareil. Anecdotique ? Pas tant que ça, pour les responsables d’établissements où les clients restent un certain temps, des restaurants ou des hôtels par exemple. Être en capacité de proposer ce type d’équipement est une vraie plus-value ; Ipan Ipan l’avait pressenti dès 2011, son année de création à Pessac.

L’entreprise propose une solution qui s’intègre dans le mobilier, n’obligeant donc pas à laisser dépasser une prise électrique ou USB, notamment, ni même une station de recharge sans fil « classique », qui poseraient toutes des problèmes d’hygiène. « C’est clairement la valeur ajoutée de notre produit », commence Franck Gahéneau, fondateur d’Ipan Ipan. « L’hygiène est le point le plus important, mais au-delà de cela, la technologie filaire rompt aussi forcément le design du meuble. Nous travaillons de deux manières : soit les enseignes nous sollicitent et nous entrons en contact avec les usines qui fabriquent leur mobilier, pour intégrer directement notre recharge sans fil ; cela peut arriver, par exemple, lors d’ouvertures d’établissement ou de changement de tables. Soit nous venons nous installer sur du mobilier déjà existant. »

Sur secteur ou batterie

Autre point fort d’Ipan Ipan, sa solution n’oblige pas à relier le mobilier à une prise électrique. « Nous pouvons bien sûr avoir cette configuration », reprend Franck Gahéneau, « mais nous pouvons aussi parfaitement nous en passer, si le meuble est mobile ou si le lieu ne permet pas d’apporter de l’électricité. Dans ce cas, nous avons des solutions sur batteries, avec un système dédié à l’univers des établissements publics, donc avec une autonomie assez longue, jusqu’à huit jours. Chacune de ces batteries est extractible et sécurisée grâce à une clef magnétique qui permet de l’enlever rapidement. De façon générale, nous avons vraiment imaginé notre technologie en pensant à l’ergonomie, à la facilité qu’auront ensuite ceux qui gèrent ces lieux d’accueil du public à s’en servir. » Avec une alimentation par l’électricité, il ne faut ainsi qu’un seul câble pour permettre à dix stations de fonctionner, ce qui simplifie les choses dans le cadre d’une salle de réunion par exemple.

Pari gagnant avec McDo

La demande, croissante, pour des technologies du style d’Ipan Ipan amène l’entreprise à imaginer passer de 8 à 40 salariés d’ici trois ans, dont une quinzaine d’embauches à très court terme. Trois ans, cela correspond au contrat qu’elle vient de signer avec McDonald’s, dont elle équipera à cette échéance près de 400 restaurants en France.

La start-up a donc des raisons de croire en ses ambitions, d’autant qu’aujourd’hui, sept téléphones sur dix sont accessibles à une recharge sans fil. Il y a encore huit ans, c’était très loin d’être le cas ; « c’est sûr que c’était un pari », sourit Franck Gahéneau. « Au cours de ma vie professionnelle, j’en ai fait d’autres : au début des années 2000, avec Kirrio, nous avions misé sur le GPS, et cela avait été gagnant. En revanche avec Leyio, nous attendions beaucoup de la technologie UWB, et nous n’avons pas eu le succès escompté. »

Cette fois, le pari semble être en passe d’être remporté, même si une bataille des normes a longtemps fait craindre des modes de recharge différenciés entre les smartphones. Celle finalement adoptée permet d’assurer non seulement une compatibilité mais aussi une rétro compatibilité avec tous les mobiles. Leader sur le marché français Ipan Ipan espère maintenant à la fois conforter cette position sur le marché domestique et poursuivre son développement à l’international, s’appuyant notamment sur sa technologie sur batterie, pour laquelle elle n’a pas de concurrent. « Nous sommes en relation avec de potentiels clients soit en “push”, en allant vers les restaurants, soit en “pull”, lorsque la demande est remontée aux fabricants de mobilier », détaille Franck Gahéneau. Jusqu’ici entièrement autofinancé, Ipan Ipan entend viser d’ici 2023 un chiffre d’affaires de huit millions d’euros.

EXERGUE 1 : L’entreprise propose une solution de recharge sans fil qui s’intègre dans le mobilier, n’obligeant donc pas à laisser dépasser une prise électrique ou USB

EXERGUE 2 : La demande, croissante, pour des technologies du style d’Ipan Ipan amène l’entreprise à imaginer passer de 8 à 40 salariés d’ici trois ans

Fabricante de solutions de recharge sans fil destinées aux lieux d’accueil du public, la start-up girondine Ipan Ipan vient de signer un contrat avec McDonald’s pour équiper près de 400 restaurants de l’enseigne.
 "L’hygiène est le point le plus important, mais au-delà de cela la technologie filaire rompt aussi forcément le design du meuble", explique Franck Gahéneau, fondateur d'Ipan Ipan, — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail