Nouvelle-Aquitaine

Agriculture

La chambre d'agriculture de Nouvelle Aquitaine en appelle à l'innovation face aux dérèglements climatiques

Par Anne Cesbron, le 21 septembre 2021

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine a dressé un premier bilan des récoltes 2021. Face à aux accidents climatiques qui se répètent, Luc Servant considère que le monde agricole peut être pourvoyeur de solutions.

Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, espère beaucoup dans l’innovation.
Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, espère beaucoup dans l’innovation. — Photo : Anne Cesbron

Alors que débutent les vendanges dans le bordelais, s’ouvre la saison des bilans intermédiaires pour les exploitations agricoles. Les craintes quant à l’impact du gel ont été suivies de récoltes en berne notamment pour les fruits et légumes. "En Nouvelle-Aquitaine, les pertes ont été d’autant plus importantes que l’on se situait sur des secteurs au sud de la région. De -10 % pour la filière Cognac, à - 30 % pour les vins de Bordeaux, les productions ont pu s’effondrer de 70 %, voire 100 %, pour certains producteurs de prunes au sud", s’alarme Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle Aquitaine. Face à ces premiers résultats, alors que les prix des céréales et oléagineux s’envolent sur les marchés mondiaux, "il est nécessaire de diversifier les marchés", poursuit l’exploitant de Charente-Maritime.

Vers de nouveaux débouchés

Dans ce contexte de marchés fluctuants, et pour les trois prochaines années de mandat du président, il s’agit assurément pour la Chambre régionale, "d’assurer les débouchés de nouvelles productions pour que les agriculteurs se lancent sur de nouveaux marchés et pour réduire les importations". Il faut aussi, pour le président élu en décembre dernier, s’engager pleinement dans les thématiques liées aux enjeux climatiques. "Nous pouvons apporter des solutions, je pense par exemple au stockage du carbone, à la plantation de haies ou aux couverts végétaux en interculture. Nous avons par ailleurs un rôle prépondérant à jouer dans la reconquête de la biodiversité", détaille Luc Servant. La question de l’eau, celle du développement de variétés génétiquement plus résistantes aux désordres climatiques et le volet relatif à la diversification font l’objet d’un plan régional en cours d’écriture. "Nous le voyons bien, les récoltes que ce soit pour la vigne ou les céréales interviennent désormais des semaines plus tôt. Il s’agit donc maintenant de traduire nos travaux sur le terrain. Dans les 5 à 10 années qui arrivent, beaucoup d’évolutions vont se produire, telles que la France en a connu après-guerre", avertit l’exploitant. Sans attendre la prochaine décennie, le salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine au parc des expos à Bordeaux du 21 au 29 mai 2022 sera ainsi l’occasion de prendre le pouls de la dynamique régionale en matière d’innovation technique et de nouvelles biotechnologies agricoles et alimentaires.

Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, espère beaucoup dans l’innovation.
Luc Servant, président de la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, espère beaucoup dans l’innovation. — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail