Gironde

Industrie

Témoignage José Angelico (RPI menuiserie) : « J’ai tout de suite vu le potentiel de l’entreprise »

Par Mallory Lalanne, le 03 février 2020

José Angelico a repris, en juin 2019, RPI menuiserie, une société de menuiserie, basée à Sauveterre-de-Guyenne, en Gironde. Il a d’emblée été séduit par le secteur d’activité et le potentiel de la PME.

José Angelico
« J’ai rencontré une vingtaine d’entreprises, avant de tomber sur la société RPI via l’association des Cédants et Repreneurs d’Affaires (CRA) », explique José Angelico. — Photo : DR

À 51 ans, José Angelico, est le repreneur de RPI menuiserie, basée à Sauveterre-de-Guyenne (Gironde). Après avoir occupé la fonction de responsable commercial pendant plus de 10 ans et repris trois sociétés dans le secteur de l’aéronautique et l’agroalimentaire, il cherchait une entreprise dans le secteur de l’industrie.

Une activité qui le séduit

« J’ai fait le tour de bon nombre d’annonces. J’ai rencontré une vingtaine d’entreprises, avant de tomber par hasard en juin 2019 sur la société RPI via l’association des Cédants et repreneurs d’affaires (CRA). J’ai tout de suite vu son potentiel », confie José Angelico. Avec l’aide de son directeur administratif et financier, il étudie les comptes de la PME de 57 salariés, analyse ses perspectives et fait très rapidement une offre. « Le marché est saturé, mais il reste porteur. 90 % de l’activité de la société était réalisée dans la rénovation, alors que le marché national s’opère à 60 % dans la rénovation et 40 % dans le neuf », explique José Angelico.

Un contrat avec Pichet

Pour acquérir cette structure, le dirigeant a emprunté 1,8 million d’euros, et apporté 400 000 euros. « Ça n’a pas été compliqué. Cinq banques étaient prêtes à me suivre. Mon passé d’entrepreneur et ma capacité à redresser financièrement différentes entreprises les ont rassurés », poursuit le repreneur. Depuis juin dernier, date à laquelle il a repris la société, le dirigeant nourrit de fortes ambitions pour réveiller la belle endormie : développer l’aspect commercial, restructurer la société en embauchant une personne qui gère la logistique ainsi qu’une acheteuse afin de rationaliser les fournisseurs. Il souhaite également décrocher de nouveaux contrats dans le neuf et les marchés publics. José Angelico est parvenu à signer 600 000 euros de commande avec le promoteur immobilier Pichet.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail