Gironde

Services

Cover Garden fait pousser son jardin intelligent

Par Jean Berthelot de La Glétais, le 18 octobre 2019

L'entreprise girondine de Mios, près d'Arcachon, spécialiste du gazon en rouleau, poursuit sa mue. Le jardin intelligent est son nouveau champ d'actions. L’ambition de Cover Garden et de son dirigeant Arnaud Dugast : devenir incontournable dans la domotique du jardin.

Arnaud Dugast, dirigeant de Cover Garden à Mios.
Arnaud Dugast, dirigeant de Cover Garden à Mios, a fait évoluer son activité avec l’arrivée des robots de tonte. — Photo : DR

En reprenant Sitoflor en 2009, Arnaud Dugast s’emparait d’une entreprise leader du gazon en rouleau, placée sous les projecteurs car fournissant certains des plus grands stades de football d’Europe. La société vendait alors sa solution phare, Cover Garden, dont elle allait bientôt adopter le nom, uniquement en BtoB. « J’ai rapidement souhaité diversifier notre offre et nous avons imaginé une gamme de synthétique, de l’hydroseeling, soit ensemencement hydraulique, du gazon roulé, etc. Notre idée était de proposer une carte complète pour mettre du gazon sur de la terre. »

Des stades aux particuliers

Par ailleurs, l’entreprise, régulièrement sollicitée par des particuliers, allait s’ouvrir au BtoC. D’abord en inaugurant en 2013, une boutique à Mios, en Gironde, où se trouve son siège. « Rapidement, beaucoup de gens nous demandaient, au-delà du simple conseil sur le choix d’un gazon, comment scarifier, arroser, entretenir, etc. Je me suis demandé s’il n’y avait pas là un marché à saisir, et je me suis rendu compte que cela existait depuis 40 ans aux États-Unis. Nous avons donc mis sur pied une formule d’entretien du gazon au domicile de nos clients, avec un système d’abonnement pour trois à huit passages par an. » Sous le nom de Guard, l’offre séduit et trouve rapidement sa cible.

La révolution du jardin connecté

Depuis deux ans, Cover Garden a également pris une autre orientation : l’entreprise de douze salariés (5,9 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018) s’inscrit dans la dynamique du jardin connecté. « Ce secteur a connu une révolution avec l’arrivée des robots de tonte, qui permettent d’éviter la contrainte de l’entretien et d’améliorer la qualité du gazon, puisque la plante est réalimentée par le microcompost », explique Arnaud Dugast. « Ce sont les propriétaires qui programment leur robot, tout comme ils le font pour l’arrosage, autre problématique essentielle dans un jardin. Ce à quoi nous travaillons, c’est à des programmateurs “intelligents”, c’est-à-dire qui se connectent, reçoivent les prévisions météo, analysent ce qu’il s’est passé dernièrement, et sont capables de corriger les données en fonction de tout cela. »

Haro sur les produits phytosanitaires

En décembre, Cover Garden lancera une sonde connectée qui pilotera ces programmations, destinée aux marchés BtoB et BtoC. L’ambition de l’entreprise girondine étant de devenir incontournable dans la domotique du jardin, secteur qui en est à ses balbutiements. « Nous sommes sollicités par de grands groupes, que nos travaux intéressent, d’autant que nous pourrons anticiper les besoins et la prévention, notamment grâce à des formules permettant de prévoir les maladies du gazon. L’idée, derrière tout cela, étant tout de même de se passer au maximum de produits phytosanitaires », termine Arnaud Dugast. Une ambition dans l’air du temps, qui devrait valoir à Cover Garden de poursuivre sa belle histoire.

Arnaud Dugast, dirigeant de Cover Garden à Mios.
Arnaud Dugast, dirigeant de Cover Garden à Mios, a fait évoluer son activité avec l’arrivée des robots de tonte. — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.