Bordeaux

Social

Coronavirus : pour la CCI Bordeaux Gironde, les entreprises doivent tracer les actes relatifs aux arrêts d'activité

Par Anne Cesbron, le 20 mars 2020

Lors d'une visioconférence de presse le 20 mars, la CCI Bordeaux Gironde a exhorté les entreprises à tracer toutes les décisions prises au jour le jour en matière de sécurité, d'hygiène, d'arrêts de travail, d'interruptions de chantier.... Pour Patrick Seguin, les indemnisations à venir se feront sur présentation de preuves tangibles.

Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux-Gironde.
Au 20 mars, un peu plus de 500 demandes de chefs d'entreprise concernant la crise actuelle ont été gérées par la CCI Bordeaux Gironde présidée par Patrick Seguin. — Photo : Anne Cesbron

Au 20 mars, après quatre jours d’activité, un peu plus de 500 demandes de chefs d'entreprise ont été gérées par la CCI Bordeaux Gironde, a annoncé Patrick Seguin, président de la chambre consulaire départementale, lors d'une visioconférence de presse. Parmi ces demandes (désormais uniquement prises par mail : @email), 184 concernaient des formalités d’usage de la chambre, notamment relatives aux documents d’export et de douanes, et 331 dossiers concernent les mesures gouvernementales exceptionnelles (activité partielle, report de charges, fonds de solidarité etc.).

90 dossiers d’urgence

Parmi ces demandes, les plus fréquentes concernent les aides financières disponibles, notamment celle du fonds débloqué en urgence par la Région Nouvelle-Aquitaine. Viennent ensuite les questions sur le travail partiel, le chômage technique, les suspensions de charges… « 90 dossiers renforcés sont par ailleurs traités actuellement. Il s’agit principalement de toutes petites entreprises en difficulté pour lesquelles il faut trouver des solutions complémentaires immédiates. Les secteurs de l’événementiel, du transport scolaire, des services, de la restauration ont vu leur activité s’interrompre en seulement quelques heures. pour celles qui n’ont pas de trésorerie, c’est un peu la panique », décrit Patrick Seguin.

Et le président de rassurer, « nous constatons une solidarité extraordinaire entre tous les acteurs les clubs d’entreprises, les échanges sur les réseaux sociaux, les plateformes collaboratives. je me félicite des collaborations avec le Medef Gironde et sa cellule juridique, la CPME, la chambre de métiers et de l’artisanat… ».

Privilégier les écrits

Côté conseils pratiques, le président de la CCI Gironde exhorte les entreprises à tracer au jour le jour leurs actes et décisions relatives à la crise actuelle. « Quand une décision est prise d’arrêter un chantier, une mission, il faut que les entreprises fassent une facturation à l’instant, au pourcentage d’avancement. Un écrit doit être envoyé au client, lui demandant en outre de faire un retour. C’est de la mécanique, il faut tout tracer : les contacts avec les services publics, avec nous. Il faudra prouver que l’on est pas resté en attente », prévient Patrick Seguin.

Attention faux sites

Autre conseil de la chambre consulaire : attention aux fake news et sites opportunistes. « Nous avons des informations effarantes à ce sujet. Des sites demandent aux entreprises de leur fournir leur RIB et leur signature électronique. Le risque étant de se faire piller son compte en banque ! Restez sur les sites officiels et revenez vers nous en cas de doute », alerte Patrick Seguin.

Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux-Gironde.
Au 20 mars, un peu plus de 500 demandes de chefs d'entreprise concernant la crise actuelle ont été gérées par la CCI Bordeaux Gironde présidée par Patrick Seguin. — Photo : Anne Cesbron

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail