Bordeaux

Santé

Comment Immersion fait son entrée dans les blocs opératoires

Par Astrid Gouzik, le 23 janvier 2018

Le PME bordelaise a intégré FollowKnee, un programme de recherche en santé d’un budget global de 24,5 millions d’euros. L’objectif est de réaliser des prothèses de genou imprimées en 3D et connectées afin d’améliorer le suivi des patients. L’application de réalité mixte développée par Immersion accompagnera les chirurgiens dans le bloc opératoire.

Photo : Immersion/anaelb.com

Une prothèse de genou intégralement imprimée en 3D, adaptée à la morphologie et aux besoins de chaque patient. Le tout équipé de capteurs pour améliorer le suivi post-opératoire. Une innovation qui pourrait être commercialisable d’ici 5 ans. La promesse du projet FollowKnee, présenté ce mardi 23 janvier, est alléchante. C’est d’ailleurs ce qui a convaincu le gouvernement de le sélectionner parmi dix projets RHU (Recherche Hospitalo-Universitaire) dans le cadre du programme d’Investissements d’Avenir. D’autant que les poses de prothèse du genou devraient grimper en flèche dans les années à venir (+600% en 2030). Ce projet de recherche d’un budget global de 24,5 millions d’euros est porté par le CHRU de Brest et coordonnée par le Pr Eric Stindel du laboratoire de traitement de l'information médicale (Latim).

Adapter les gestes

Mais que vient faire la PME bordelaise Immersion sur le terrain exigeant et contraignant de la chirurgie ? Une équipe de 10 personnes (sur 48 salariés au total) aura pour mission de concevoir et produire une application qui aidera les chirurgiens à optimiser la pose de cette prothèse innovante, grâce à un casque de réalité mixte, probablement HoloLens de Microsoft. "Les prothèses seront entièrement personnalisées ce qui implique que la procédure opératoire diffère pour chaque patient. Les gestes seront adaptés en fonction de l’orientation, de la position du genou… Toutes ces données seront planifiées dans un logiciel. Notre rôle sera de les restituer dans le bloc opératoire grâce à la réalité mixte", détaille Julien Castet, directeur de la recherche chez Immersion.

"Aujourd’hui la chirurgie assistée par ordinateur, c’est avoir un écran qui affiche diverses informations. Le chirurgien doit faire des aller-retours entre l’écran et le patient. Notre projet consiste à venir superposer le virtuel sur le réel pour fournir au professionnel toutes les informations dont il a besoin. Cela implique que cette superposition soit très précise", souligne Julien Castet.

La réalité mixte comme atout

Si le Latim - à l’interface entre l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), l’Institut Mines-Telecom Atlantique (IMTA), l’INSERM et le CHRU de Brest - est venu chercher Immersion il y a presque deux ans, c’est pour son expérience de la réalité mixte, développée notamment lors de l’aménagement de l’écoquartier ZAC Bastide Niel avec Bordeaux Métropole Aménagement (déjà dans le cadre du programme Investissements d’Avenir). Et expérimentée plus récemment avec Renault Trucks dans son usine lyonnaise pour améliorer le contrôle qualité de ses moteurs. Immersion est d'ailleurs - avec le bordelais Asobo Studio - l'une des deux seules entreprises reconnues par Microsoft en France pour développer des applications pour son casque HoloLens. "Le principal atout de la réalité mixte dans le projet FollowKnee, c’est que le chirurgien n’est pas coupé de la réalité. Son casque lui permet de rester en contact avec ses collaborateurs", insiste Julien Castet.

D’ici à 2021, un premier essai sera réalisé sur 220 patients avec des prothèses imprimées en 3D. Puis une seconde cohorte recevra des prothèses équipées de capteurs. L’objectif est d’obtenir un produit commercialisable avec une évaluation clinique des résultats d’ici 5 ans.

Photo : Immersion/anaelb.com