Gironde

Agroalimentaire

Cacolac construit une nouvelle usine pour se diversifier dans la canette de vin

Par Romain Béteille, le 26 août 2021

La marque de boissons au lait cacaoté Cacolac résiste bien à la crise. Après une année 2020 en croissance, l’entreprise girondine continue d’innover et réfléchit déjà à diversifier sa production avec du vin en canette à horizon 2022.

La PME Cacolac produit 40 millions de bouteilles et canettes de boissons au lait chocolaté par an dans son usine de Léognan, en Gironde.
La PME Cacolac produit 40 millions de bouteilles et canettes de boissons au lait chocolaté par an dans son usine de Léognan, en Gironde. — Photo : Romain Béteille

C'est l'histoire d'une saga familiale, née il y a 67 ans, qui s'apprête à écrire un nouveau chapitre. Vingt-deux ans après avoir investi son site de production de Léognan (Gironde), la marque de laits aromatisés au cacao à l'emblématique étiquette jaune Cacolac réfléchit activement à l'avenir. Si la société, qui compte aujourd'hui 48 salariés, a été rachetée en 2015 par deux fonds d'investissement girondins (Galia Gestion et Irdi), le PDG actuel et petit-neveu du créateur d'origine, Christian Maviel, en a repris la pleine propriété en 2019 et continue de creuser de nouveaux sillons.

Bilan maîtrisé malgré le Covid

La crise sanitaire de 2020 a, bien sûr, eu un impact sur l'activité de la PME. Elle a aussi et surtout permis à l'usine de Léognan de se recentrer. " Nous avons bénéficié du retour d'affection du consommateur pour les produits made in France depuis l'an dernier. 85 % de nos ventes se font en grande distribution, c'est ce qui nous a sauvés ", confirme Christian Maviel. Cacolac, qui commercialise sous sa marque 18 millions de bouteilles et canettes en aluminium par an (40 millions en tout), est aussi un intermédiaire de choix pour le remplissage de contenants tiers, entre autres le lait chocolaté commercialisé sous la marque espagnole Pascual. Une activité de sous-traitant qui représente environ 50 % de son chiffre d'affaires aujourd'hui. " Cette activité a pris la crise en pleine figure, raconte Christian Maviel, notamment sur le marché espagnol, destiné aux bars, qui commence péniblement à se réveiller. Nous n'avons pas eu la croissance espérée mais en regardant le bilan consolidé, l'année 2020 a été plutôt bonne ". Le chiffre d'affaires de 2020 dépasse ainsi les 15 millions d'euros et affiche une croissance de 6 %. Fin juin, Cacolac affichait un bon de ses ventes de 28 %.

" La crise du Covid a ralenti un peu les choses mais nous a permis de sécuriser nos process, de repasser nos équipes en 3-8 sur l'usine et d'accélérer ", résume le dirigeant. En 2020, Cacolac a agrandi l'entrepôt de stockage de produits finis de son usine de Léognan de 1 200 mètres carrés supplémentaires, cherchant ainsi à " absorber la montée en puissance des marchés adressés en BtoB. Concrètement, nous sommes passés de 170 000 canettes ou bouteilles par jour à 250 000 voire 300 000. Nous pouvons désormais stocker 10 à 12 jours de production ".

Réduire l'empreinte carbone

Cacolac a aussi décidé de partir à la conquête d'un marché stratégique : le cartable des enfants de trois à huit ans. La nouvelle gamme, baptisée " Mon Premier Cacolac ", a nécessité une recette adaptée (notamment allégée en sucre de 30 %). Elle est destinée à rester " en grande partie une activité en volumes additionnels, avant tout car nous sommes en concurrence avec d'autres marques leaders ", décrit Christian Maviel. " C'est utile pour aller prendre des parts de marché là où nous n'étions pas. Notre but est de multiplier les instants de consommation et d'apporter un conditionnement pouvant y répondre. Si cette gamme performe, nous pourrions intégrer la production de ces emballages sur notre site de Léognan dans l'avenir. "

Des emballages que Cacolac a souhaité " verdir " en lançant cette nouvelle gamme. " Nous utilisons depuis toujours deux emballages dont les filières de recyclage sont déjà bien en place, le verre et l'aluminium. Pour cette gamme, nous nous sommes rapprochés de Tetra Pak afin qu'ils développent une alternative à la paille plastique et un nouvel emballage ", détaille le dirigeant. La paille de ces briquettes de 25 cl est en papier et l'emballage fabriqué à 86 % en matière première végétale, notamment en plastique biosourcé issu de la canne à sucre. Du sucre de canne que la PME utilise également comme ingrédient dans sa gamme de laits chocolatés biologiques. Résultat direct : une empreinte carbone réduite de 22 %, selon l'entreprise.

Le vin en canettes dans le viseur

Le plus gros changement à venir pour Cacolac est encore en phase de calibrage. Depuis 2012, l'industriel s'intéresse à un autre marché : celui du vin ou des " boissons à base de vin " en canettes. " Ce marché est venu grâce à notre savoir-faire industriel historique dans l'univers du lait. Nous avons démarré lentement cette activité pour la Chine, puis nous sommes partis très rapidement sur les États-Unis ", souffle Christian Maviel, qui déclarait déjà dans nos colonnes en 2019 que le marché américain représentait " 90 % de la production, devant l'Angleterre et les pays nordiques ". En 2020, Cacolac a franchi le pas en commercialisant le premier vin en canette d'un client commercialisé chez Carrefour. Aujourd'hui, environ 10 % de son activité de prestataire de service sont consacrés aux produits à base de vin. S'il admet volontiers que " la France est toujours plus frileuse en termes de nouveauté ", le dirigeant souligne aussi que le vin commercialisé via cette nouvelle ligne sera majoritairement français mais aussi européen. Avec cette prestation de service en BtoB étendue, Cacolac cherche à " adresser un nouveau mode de consommation pour que les jeunes adultes redécouvrent le vin sans avoir à acheter une bouteille entière ". Pour se lancer, la PME n'hésite pas à investir. Elle a notamment reçu l'aide du fonds d'accélération des investissements industriels du plan France Relance qui, pour un montant non communiqué, va l'aider à créer un " nouvel outil de remplissage de canettes aluminium multiformats ".

Un outil industriel plus flexible

Plus qu'une nouvelle ligne de production, c'est une usine et une marque spécifique (ICT Drinks pour "In Can we Trust") que prépare Cacolac, avec un nouveau bâtiment (de 1 500 à 1 600 mètres carrés), " un bloc social et une petite partie entrepôt, qui sera construite en deux fois ", décrit son PDG. Construit à Léognan sur un site d'environ trois hectares dont l'entreprise est propriétaire, ce nouveau site sera un outil indépendant afin que les deux lignes puissent fonctionner simultanément. " Si nous tournons en équipe unique, nous devrions produire 25 millions de canettes par an. Nous aurons une marge de progression, mais les deux lignes auront à peu près la même capacité. Les gammes s'élargissent, il y a de plus en plus de clients et de demande. De nouveaux types de boissons voient le jour, et les boissons à base de vin vont représenter de gros volumes ", justifie le PDG au moment d'évoquer ce virage commercial. Un segment vin qui devrait faire l'objet d'une future " société sœur " en parallèle de Cacolac et d'une identité visuelle propre. Avec pour premières cibles le marché européen et le grand export. Un " sacré bond en avant " pour Christian Maviel et la SAS Cacolac qui devrait rapidement se renforcer sans pour autant faire appel à une levée de fonds auprès d'investisseurs extérieurs. " Nous serons en autofinancement total avec nos partenaires banquiers habituels ", affirme le dirigeant. La seconde usine devrait embaucher " 10 à 15 personnes. Tout ça va se calibrer en fonction du plan de charges de l'usine, mais il y aura un renforcement de postes notamment sur le management, le laboratoire, le support de marque et le commercial ".

L'ambition affichée : atteindre un chiffre d'affaires de " 25 à 30 millions d'euros pour être solides et devenir un acteur de premier plan, ambitionne Christian Maviel. Si, demain, on nous demande d'autres types de produits, on saura le faire. Nous voulons retrouver la souplesse que l'on a perdue à force de remplir la ligne actuelle et bénéficier d'un outil plus dynamique pour diversifier notre production. " La nouvelle usine de Cacolac devrait sortir fin 2022.

La PME Cacolac produit 40 millions de bouteilles et canettes de boissons au lait chocolaté par an dans son usine de Léognan, en Gironde.
La PME Cacolac produit 40 millions de bouteilles et canettes de boissons au lait chocolaté par an dans son usine de Léognan, en Gironde. — Photo : Romain Béteille

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail