Rhône

Automobile

Vignal Lighting Group s'oriente vers une stratégie de conquête globale

Par Pierre Tiessen, le 18 novembre 2016

Fraîchement installée dans son nouveau siège de Corbas (15 millions d'euros d’investissement), cette PME - spécialiste des feux de signalisation pour véhicules industriels - annonce un déploiement en Chine. Deux mois seulement après une opération de croissance externe sur l’entreprise CEA, en Suisse.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Vignal Lighting ou la mue d’une PME locale - spécialiste des feux de signalisation pour véhicules industriels et commerciaux - en une solide et conquérante ETI ! Et vise, au terme de cette transformation, une présence en production sur trois continents " clés " : l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie. « C’est un objectif que je me suis fixé il y a deux ans déjà. Faire de Vignal Lighting un groupe déployé sur ces trois marchés majeurs, capable d’aligner partout les mêmes process industriels », résume Jean-Louis Coutin, Dg de l’entreprise et " homme fort " de cette stratégie de conquête. Une stratégie qu’il a amorcée en 2014 avec le rachat de ABL Lights (120 salariés), structure caennaise disposant d’un site de production aux Etats-Unis, à Mosinee. Pour cet "ex" de Valéo - qui a repris Vignal Lighting en 2003 avec d’autres cadres internes, avant d’en céder 77% des parts à Eurazeo il y a trois ans - l’entreprise doit désormais être placée « aux portes de tous ses clients ». Ce qui suppose en particulier une présence industrielle en Chine « qui puisse répondre efficacement à la demande de nos acheteurs présents sur place », explique le Dg.

De Changzhou à Lugano

Des paroles aux faits… L’entreprise annonce ainsi lancer une production chinoise au premier trimestre 2017, « avec des process identiques à ceux déployés ici, à Corbas », insiste Jean-Louis Coutin. « Nous avons trouvé un bâtiment de 3.600m² dans la ville de Changzhou, dans le district de Wuxi à 1 heure de Shanghai. Nous voulions d’abord racheter une entreprise du Guangdong, dans le sud la Chine, mais les choses n’ont finalement pas abouti ». Le choix a donc été de partir seul. Cette implantation à Changzhou devrait nécessiter, une fois l’opération achevée, un investissement global de 5M€ correspondant à la mise aux normes du bâtiment, l’obtention d’une business licence, l’achat de presses et de lignes de production et le recrutement d’une équipe locale. « C’est un risque financier mais nous sommes confiants : nos principaux clients sont tous implantés en Asie. Nous avons déjà des commandes du groupe Volvo pour ses usines au Japon et en Asie du sud-est. » Ce déploiement géographique s’accompagne pour Vignal Lighting d’une politique de diversification de son offre. La PME, décidément très volontaire, vient ainsi de racheter l’entreprise familiale suisse CEA (50 salariés/CA : 8M€), installée près de Lugano et spécialisée dans les gyrophares, notamment pour tracteurs, et les coffres d’extincteurs. 

11 000m² à Corbas

« Cette opération de croissance externe nous permet d’additionner des lignes de produits et d’être positionné sur de nouveaux secteurs, comme l’agriculture » , analyse Jean-Louis Coutin qui affiche l’ambition de constituer petit à petit un groupe « d’envergure mondiale ». « C’est un cercle vertueux qui se met en place au sein de Vignal Lighting. Notre stratégie de croissance organique accompagnée de cette opération de croissance externe sur CEA permet des complémentarités industrielles que nous n’avions pas jusqu’alors. » Last but not least… Cette ETI en devenir a déménagé, à la fin de l’été, de Vénissieux à Corbas, dans un bâtiment flambant neuf de 11000 m² (dont 9.500m² dédiés à la production). Coût de l’opération : 15M€ financée uniquement par emprunt bancaire. Ce nouveau bâtiment regroupe l’ensemble de activités techniques de l’entreprise dont un nouveau data center intégrant les données de CEA et une place pour celles, à venir, de Vignal Lighting Chine. Côté production, 2.500m² sont encore disponibles. « Nous pouvons donc monter en volume » sourit Jean-Louis Coutin. Un terrain adjacent, propriété de l’entreprise, permettrait si besoin d’agrandir le bâtiment de 3.500m² supplémentaires. « Nous sommes prêts pour un déploiement mondial », assure-t-il. De nouveaux projets ? « Il faut d’abord absorber toutes ces nouveautés ». Sans exclure pour autant d’autres possibles opérations de croissance externe... 

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition