Lyon

Informatique

Tilkee et les États-Unis : "To Go or Not to Go ?"

Par Audrey Henrion, le 11 mai 2016

L'agence qui permet d'optimiser les propositions commerciales part dix semaines à New-York. Valorisation immédiate de la société, implantation aux US, concentration des forces sur l'Europe : toutes les options restent ouvertes. Le séjour avec Business France sera décisif.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Depuis leur levée de fonds d'un million d'euros à l'été 2014, Sylvain Tillon et son associé Timothée Saumet sont montés à bord d'une fusée qui trace sa route -pour l'instant- sans obstacle majeur. Après une année 2015 à 200 000 euros de CA, les prévisions de croissance tablent sur 600 000 euros en 2016 et 1,5 million d'euros en 2017. Dans l'Hexagone, la TPE posée sur les pentes de la Croix-Rousse a déjà ferré de gros poissons : Cegid, Adecco, Esker, HP, tous séduits par leur système qui permet à un commercial de savoir si sa proposition a été ouverte par son prospect, quand, à quelle fréquence et par qui. Un outil assez génial pour opérer des relances et sceller un marché. Client depuis un an, le groupe Orange a, affirment les dirigeants, augmenté ses ventes de plus de 20 %. « Ils ont désormais de très belles références, souligne Éric Burdier à la tête du programme Axeleo et membre du board de Tilkee. Le développement en Europe est une évidence. Reste à savoir s'ils tenteront ou pas la conquête des États-Unis ».

Après six mois à Philadelphie l'an dernier, ils repartent cet été pour dix semaines à New York dans le cadre du programme UBI I/O (Business France et BPI) Durant cette période, le programme réservé à des start-up à haut potentiel leur permettra de rencontrer plusieurs centaines de contacts en deux mois et demi. « Le programme, plus qu'intensif est minuté jour par jour » précise Éric Burdier. Pour Tilkee, l'implantation aux US ne va pas de soi et leur décision sera prise après ce séjour. « En France, voire en Europe, tout reste à faire. On ne rentre dans aucune case, le besoin n'est même pas identifié, décrit Sylvain Tillon. À l'inverse, le marché aux États-Unis est plus que mature. Là-bas, la vente est à la fois un art et une science à haute valeur ajoutée. Un des leaders du marché US et donc concurrent potentiel, Clearslide, a levé 100 M$ ».

Face à des mastodontes, l'équipe de Tilkee a pourtant de vrais atouts à faire valoir. D'abord leur système peut être totalement intégré à un CRM. Oracle ou Microsoft pourraient alors devenir des cibles potentielles car ils auraient grâce à Tilkee l'opportunité de se renforcer face à Salesforce, le leader du CRM Outre-Atlantique. Si la question Nord-Américaine reste en suspens, c'est parce que Tilkee n'est pas dans la nécessité absolue d'aller chercher de la croissance là-bas. « Nous devrions enregistrer 100 000 euros récurrent mensuel de chiffre d'affaires à partir de décembre, détaille Sylvain Tillon » ex-dirigeant de l'agence Sydo qui continue de donner des cours à EMLyon sur l'élaboration d'un business plan. Des perspectives qui incitent les deux associés à réfléchir à la valorisation de leur entreprise. « Avec une proposition entre 5 et 10 millions d'euros, on commence à s'interroger » indiquent-ils.

Accélérateur

En attendant, la TPE de 12 salariés trace sa route. « Éric (Burdier, NDLR) nous pousse à maintenir le pied sur l'accélérateur. Décider vite, investir, choisir, foncer... et même dépenser. Alors qu'une start-up aux États-Unis craque un million de dollars en six mois, c'est en moyenne 300 000 euros en France ! À force de fréquenter Eric, on a fait nôtre le slogan "Fail Fast, Fail Often", (échouez souvent échouez vite). Mais...nous n'en sommes pas là ! » rigole Sylvain Tillon. Et pour cause. « Nous serons rentables dans un mois en France. Et d'ici deux ans notre équipe aura doublé », pronostique le dirigeant... Avec leur algorithme qui analyse le comportement de lecture du prospect, la jeune pousse pourrait même aller plus vite. Ils proposeront bientôt un nouvel algorithme baptisé "Preditilk". Leurs prévisions concernant leur propre avenir sont pour le moins au beau fixe.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail