Grenoble

E-commerce

Spartoo lance sa cotation sur Euronext Growth

Par Audrey Henrion, le 21 juin 2021

Créé en 2006 par trois étudiants, le groupe d'e-commerce d'articles de mode et de chaussures Spartoo s'est lancé en Bourse, sur Euronext Growth, le 21 juin. La levée de fonds attendue sera comprise en 25 et 33 millions d’euros.

Boris Saragaglia, dirigeant et fondateur de Spartoo, parie sur Euronext Growth pour lever entre 25 et 33 millions d’euros.
Boris Saragaglia, dirigeant et fondateur de Spartoo, parie sur Euronext Growth pour lever entre 25 et 33 millions d’euros. — Photo : Guillaume Murat

Boris Saragaglia, 39 ans, PDG de Spartoo, vit sans doute l'un des moments les plus importants de sa carrière de dirigeant. Le 21 juin, il a lancé en Bourse son groupe d’e-commerce d’articles de mode et de chaussures basé à Grenoble (410 salariés, 134 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020). Le site Spartoo, qu’il a fondé avec deux camarades d’écoles à seulement 23 ans, est aujourd’hui valorisée entre 95 et 105 millions d’euros. Avec un prix de l'action fixé entre 6,53 et 7,22 euros sur Euronext Growth, l'introduction en Bourse permettra de lever a minima de 25 à 33 millions d’euros. L'opération est dédiée à 100 % à une augmentation de capital. Le flottant serait de l’ordre de 24 à 26 %, soit autant que la part détenue par les trois associés-fondateurs.

À ce stade, Spartoo bénéficie déjà de l’engagement à hauteur de 10 millions d’euros de sociétés d’investissement. La période de souscription se poursuit jusqu’au 1er juillet 2021 17 heures pour les particuliers et le 2 juillet à 13 heures pour les institutionnels.

8 à 10 % de croissance par an

Avec 5 à 6 % de parts de marché en France, Spartoo se classe dans le top 3 tricolore dans l’univers de la chaussure, proposant 8 000 marques et 700 000 modèles. En 2020, l’entreprise a réalisé 134 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 90 % en BtoC et 40 % hors de France, avec une moyenne de 8 à 10 % de croissance sur les trois dernières années.

Un parcours sans faute ou presque pour Boris Saragaglia, depuis la création de Spartoo en 2005, à l’exception de l’épisode concernant l’acquisition de la marque André, en juillet 2018. La société de plus de 600 salariés réalisait alors 100 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 20 millions d’euros de pertes et Boris Saragaglia avait considéré qu’il s’agissait d’une opportunité pour se déployer sur un réseau retail. La crise des Gilets jaunes et les manifestations contre les retraites auront obligé les magasins, pourtant fraîchement rénovés, à fermer tous les samedis. Accéléré par la crise du Covid, le dépôt de bilan est prononcé le 31 mars 2020 et l’activité est vendue le 5 août 2020.

Développement de la notoriété

Avec cette introduction en Bourse, Spartoo entend déployer une triple stratégie. "Dans les trois ou quatre prochaines années, nous allons accélérer notre position dans la vente de chaussures, notre point fort", mais aussi lancer "un nouvel axe de spécialisation dans la petite décoration intérieure" afin d’avoir "d’autres produits sur lesquels communiquer et proposer de nouvelles offres à nos clients", précise Boris Saragaglia. Fidèle à sa philosophie, Spartoo va poursuivre à hauteur de 50 à 60 % de la somme levée ses acquisitions de marques historiques (à l’image de JB Martin, Easy Peasy ou Christian Pellet) mais ne s’interdira pas d’acquérir des plateformes de vente en ligne.

Environ 30 à 40 % de la levée de fonds seront consacrés à accélérer l’investissement en développement de la notoriété à travers des campagnes télé ou radio.

Logistique pour le compte de tiers

Avec un objectif de quatre à cinq ouvertures de magasins chaque année, le groupe mise aussi (10 à 15 % de la somme levée) sur le développement de la logistique et du transport pour compte de tiers depuis Grenoble, son siège, mais aussi Paris et Marseille. Le groupe a, par exemple, récemment signé l’acquisition d’un nouvel entrepôt. Spartoo va aussi poursuivre une offre de digitalisation et une stratégie SaaS pour le compte de commerces et détaillants indépendants.

Boris Saragaglia s’estime "prudent" en tablant sur une croissance de 10 % en 2021. Pour 2022-2024, il mise sur 15 % de croissance par an et 7 % d’Ebitda.

Boris Saragaglia, dirigeant et fondateur de Spartoo, parie sur Euronext Growth pour lever entre 25 et 33 millions d’euros.
Boris Saragaglia, dirigeant et fondateur de Spartoo, parie sur Euronext Growth pour lever entre 25 et 33 millions d’euros. — Photo : Guillaume Murat

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail