Lyon

Services

Simon Hoayek (Byblos) : « J'ai perdu Beyrouth »

Par Audrey Henrion, le 07 août 2020

Le dirigeant franco-libanais Simon Hoayek, à la tête du groupe de sécurité lyonnais Byblos, se mobilise aux côtés de son association Albac, pour soutenir les familles de Beyrouth suite aux explosions survenues le 4 août 2020 sur le port de la capitale libanaise.

Simon Hoayek souhaite, à travers l'association franco-libanaise Albac qu'il préside, privatiser un ou deux hôtels à Beyrouth pour permettre à la Croix-Rouge libanaise de reloger les familles.
Simon Hoayek souhaite, à travers l'association franco-libanaise Albac qu'il préside, privatiser un ou deux hôtels à Beyrouth pour permettre à la Croix-Rouge libanaise de reloger les familles. — Photo : Youtube

Simon Hoayek, fondateur et dirigeant franco-libanais de Byblos Group (2 200 salariés / CA 2019 : 80 M€), a réagi avec émotion aux explosions qui ont frappé le port de Beyrouth mardi 4 août, faisant selon un bilan provisoire 150 morts et plus de 5 000 blessés. « Merci pour vos nombreux messages me demandant si mes proches ont été touchés. Les dizaines des morts et les milliers des blessés sont mes très très proches », écrit-il sur le réseau social LinkedIn. Cet homme qui a fondé de toute pièce un groupe solide implanté à Lissieu (Rhône) est arrivé en France en 1991, « traumatisé par une guerre civile atroce ».

Au lendemain de l’explosion sur le port de la capitale libanaise, il pleure « Beyrouth, ma belle Beyrouth. Est-ce que tu nous caches encore une vie, est ce que tu peux pardonner encore une fois ce coup mortel ? Mes enfants et petits-enfants pourront-ils voir un jour ton beau visage ? Surprends-nous s’il te plaît je t’en supplie. Je t’aime ma Beyrouth et je te demande pardon parce que j’étais pas là ».

Privatiser un ou deux hôtels à Beyrouth

Contacté, le dirigeant franco-libanais a indiqué se mobiliser à travers l’association Libanaise Business et Actions Culturelles (Albac) qu’il préside. Ce club d’affaires franco-libanais qui compte parmi ses adhérents des dirigeants du Pays du Cèdre installés à Lyon comme, Elie Jamhoury (dirigeant de l’agence web 3LI3) ou Samuel Jacob (CRC Lyon), se définit aussi comme un « rassemblement, permettant aux Libanais d’ici et d’ailleurs de bénéficier d’actions sociales, culturelles et économiques ». Selon Simon Hoayek, Albac cherche à privatiser un ou deux hôtels et les mettre à la disposition de la Croix-Rouge libanaise, car, nous indique ce dernier « reloger les familles est la priorité ».

Simon Hoayek souhaite, à travers l'association franco-libanaise Albac qu'il préside, privatiser un ou deux hôtels à Beyrouth pour permettre à la Croix-Rouge libanaise de reloger les familles.
Simon Hoayek souhaite, à travers l'association franco-libanaise Albac qu'il préside, privatiser un ou deux hôtels à Beyrouth pour permettre à la Croix-Rouge libanaise de reloger les familles. — Photo : Youtube

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail