Auvergne Rhône-Alpes

Collectivité

Point de vue Saint-Etienne/Lyon : des liaisons dangereuses ?

Par Gilles Cayuela, le 16 mai 2019

Après la fusion des CCI, le rapprochement avec l'Aderly, c'est désormais au sein de "French Tech One" que va s'opérer la coopération entre Saint-Etienne et Lyon. Une nouvelle liaison dangereuse pour l'agglomération stéphanoise ?

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Le 9 avril, le préfet de Région Pascal Mailhos a réuni les parlementaires et les collectivités dans le cadre d'une "deuxième réunion de concertation et de suivi pour l'amélioration des déplacements entre Lyon et Saint-Etienne". Derrière cette appellation technocratique un brin pompeuse, il s'agit en fait de faire émerger des pistes d'amélioration des voies de communication entre les deux métropoles… Des pistes qui, bien entendu, devraient enterrer un peu plus le serpent de mer de l'autoroute A45, dont la préfecture s'est bien gardée de faire référence dans son communiqué.

Ceci étant dit, comment ne pas louer la volonté de l'Etat d'améliorer les liaisons entre deux métropoles qui, au fond, ne forment qu'un seul et même bassin de vie ? D'autant que la dynamique n'est pas nouvelle et touche à bien d'autres sujets que la seule mobilité. Le numérique par exemple, avec la fusion en 2017 de Clust'R numérique et Numelink pour donner naissance à Digital League. Le numérique encore, avec aujourd'hui l'alliance entre Lyon et Saint-Etienne au sein de la French Tech One pour obtenir le précieux label "Capitale French Tech".  

Problème, les initiatives de rapprochement entre Saint-Etienne et Lyon n'ont pas toujours eu la réussite escomptée… Du moins du côté stéphanois ! La fusion en 2016 des CCI de Lyon, Saint-Etienne et Roanne en est le bien triste exemple. Comment ne pas s'interroger aussi sur le rapprochement en matière de prospection économique entre Saint-Etienne Métropole et l'agence de développement économique de la région lyonnaise Aderly. Trois nouvelles implantations d'entreprise sur Saint-Etienne Métropole en 2016, 7 en 2017, 6 en 2018 alors que l'Aderly a enregistré 116 nouvelles implantations sur l'ensemble de son territoire (+12,5 % par rapport à 2017)… Le bilan est pour le moins contrasté.

Dans ce contexte, comment ne pas comprendre les craintes de "cannibalisation" par l'ogre lyonnais, exprimées par les entreprises stéphanoises à l'égard de la "French Tech One" ? Comme l'a écrit Pierre Choderlos de Laclos : "Qui pourrait ne pas frémir en songeant aux malheurs que peut causer une seule liaison dangereuse". Alors plusieurs...

L'édito
L'édito — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.