Rhône

Énergie

Rhône : Solarwatt veut imposer sa marque en France

Par Géraldine Bernard, le 03 avril 2015

Sur un marché du photovoltaïque à la peine, Solarwatt entend maintenir et développer ses positions en France. Au programme : renforcement de la notoriété de sa marque, qualité de l'offre et des produits et innovation.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Une page se tourne pour la marque Centrosolar. En effet, elle va disparaître au profit de Solarwatt. L’annonce a été faite en mars au salon BEPOSITIVE (bâtiment, bois, énergie) à Eurexpo. Pour autant, cette initiative était prévisible dans la mesure où l’entreprise allemande Solarwatt spécialisée dans le photovoltaïque pour le BTP a racheté en juin dernier la filiale France de Centrosolar (groupe allemand également) dont le centre de décision est basé à Ecully. La période de transition a permis à Solarwatt de se faire connaître sur le territoire français et de bénéficier du rayonnement de Centrosolar. En effet, « la filiale que nous avons reprise disposait d’une forte notoriété sur laquelle nous avons capitalisé ces derniers mois. En outre, sa marque était un gage de qualité en termes d’offre et de service auprès des prospects, des clients (installateurs) et du grand public. Nous ne voulions pas perdre cet acquis », témoigne Hugues Duplantier, directeur marketing et supply chain de Solarwatt.

Un acquis qui a déjà su montrer toute sa puissance puisque l’an dernier, le tiers du CA du groupe a été réalisé en France (20 M€ sur 60 M€ au global). « Nous nous battons au quotidien pour conserver nos 10 % de part de marché », souligne le directeur. En première ligne de ce challenge : une vingtaine de collaborateurs, dont l’activité touche au service client, à la vente et à la logistique.

Qualité et innovation

Outre les compétences de ces équipes, la filiale mise sur plusieurs axes stratégiques afin de conserver ses positions. D’abord l’offre packagée. Peu d’acteurs proposent un service complet de la production de modules à la formation des installateurs en passant par l’accompagnement technique et logistique (rails, crochets…). « Service et proximité sont nos deux fers de lance », ajoute le directeur Marketing. Sur un créneau où la réglementation change régulièrement et diffère d’un pays à l’autre, disposer d’un accompagnement peut se montrer différenciant.

Second pilier au service du développement de Solarwatt : l’innovation. Les efforts en matière de R & D donnent des arguments pour convaincre la cible B to B des installateurs. De plus, ils garantissent de répondre aux enjeux du futur. « Notre marché s’est beaucoup épuré. 70 % des entreprises ont disparu entre 2008 et 2013. Pour avoir une chance de s’affirmer à moyen terme, nous devons être présents sur des problématiques innovantes dans l’ère du temps », glisse Hugues Duplantier. Ainsi, dans le sud de la France, des expérimentations sont menées autour de l’autoconsommation (produire et utiliser l’énergie). Outre-Rhin où l’électricité est deux fois plus chère qu’en France, des solutions de stockage existent d’ores et déjà et assurent aux particuliers une indépendance énergétique. Solarwatt est positionnée sur ce segment qui pourrait rapidement devenir un sujet pour certains départements français. Autre avancée phare pour Solarwatt, la production et la commercialisation d’un module bi-verre garanti 30 ans. Robustesse et performances supérieures sont mises en avant par Solarwatt pour ce produit.

Investisseur de haut rang

Ce fort investissement au service d’une innovation permanente, l’entreprise le doit à un soutien financier solide. En effet, l’actionnaire majoritaire de Solarwatt est également celui de BMW… Et le lien entre les deux entreprises ne s’arrête pas là. « Stefan Quandt souhaite créer des passerelles entre les industriels », détaille Hugues Duplantier. Un carport équipé de panneaux solaires pour BMW électriques est d’ailleurs à l’étude. Une diversification de l’activité qui pourrait se montrer utile. Car toutes les cartes en France vont être rebattues avec la nouvelle loi de transition énergétique qui entrera en vigueur au 1er janvier 2016 et dont les modalités concernant le soutien du photovoltaïque ne sont pour l’heure pas connues.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail