Rhône

Transport

Renault Trucks prévoit de supprimer 463 postes à Lyon

Par Audrey Henrion, le 16 juin 2020

Le constructeur de camions Renault Trucks, filiale du groupe suédois AB Volvo basée à Lyon, annonce le 16 juin la suppression nette de 360 postes cet automne sur ses sites de Lyon Saint-Priest et Vénissieux. Le plan de départs volontaires concerne essentiellement les cadres et techniciens.

Construction d'un camion par Renault Trucks
Les techniciens et cadres sont concernés par les suppressions de postes annoncées le 16 juin en par le groupe Volvo pour sa filiale Renault Trucks. — Photo : © Renault Trucks

Lors d’un comité social et économique central extraordinaire qui s’est tenu le 16 juin, le groupe automobile suédois AB Volvo a annoncé un plan de réduction d’effectifs de grande ampleur touchant 4 100 salariés dans le monde. Au sein des deux établissements lyonnais du constructeur de camions Renault Trucks, filiale du groupe Volvo depuis 2001, 463 postes sur un effectif total de 4 100 seront supprimés à Vénissieux et Saint-Priest.

Départs à partir de septembre

Avec l'intégration annoncée de l’activité « études » de la filiale défense de Renault Trucks (Arquus), soit une centaine de salariés, la suppression nette concerne in fine 360 emplois, qui devront quitter le groupe à compter de cet automne. « Cette suppression de postes se fera sur la base du volontariat par le biais d’une rupture conventionnelle collective dont les modalités seront discutées partir de septembre », fait savoir Eric Freyburger (CFE-CGC), membre du comité social et économique central de Renault Trucks, présidé par Bruno Blin et dont le siège est à Lyon (4,2 milliards d’euros de chiffre d'affaires en 2018, dont 40 % générés dans l’Hexagone).

Ce plan de départs volontaires fait suite à la décision de rogner 30 à 35 % du budget "études" du groupe. Les sites de production de Blainville-sur-Orne,en Normandie, et de Limoges ne sont donc pas concernés. À Lyon, environ 80 postes liés aux fonctions support, 20 postes à Bourg-en-Bresse et 180 postes d’études jugées non essentielles ni réglementaires sont supprimés. Le groupe conserve les projets centrés sur les enjeux de réduction de la consommation d’énergie notamment. Par ailleurs, le projet immobilier Babel, portant sur la création d’un nouvel ensemble hébergeant 1 200 chercheurs, est lui aussi "suspendu". Il représentait un investissement de près de 30 millions d’euros.

Baisse du marché du camion en 2020

En 2019, Renault Trucks, qui emploie 10 000 salariés dont 4 500 en Auvergne Rhône-Alpes, a facturé 54 098 camions, détenant 8 % du marché en Europe et 28 % en France. Selon la direction, « la crise économique engendrée par la crise sanitaire du Covid-19 va impacter fortement et durablement les résultats de Renault Trucks  », qui s’attend à une baisse significative du marché du camion en 2020 et se prépare à « une activité économique qui ne renouera pas, à court et à moyen terme, avec les niveaux d’avant la crise ». À ce jour, selon les syndicats, entre 500 et 600 salariés n’ont pas encore repris d’activité au sein de l’usine. Le groupe AB Volvo, fondé en 1927, emploie 104 000 salariés, générant 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019.

Construction d'un camion par Renault Trucks
Les techniciens et cadres sont concernés par les suppressions de postes annoncées le 16 juin en par le groupe Volvo pour sa filiale Renault Trucks. — Photo : © Renault Trucks

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail