Saint-Étienne

Industrie

Qiova veut accélérer la commercialisation de sa tête laser multipoints

Par Gilles Cayuela, le 04 novembre 2019

Pionnière du marquage et micro-usinage laser à haute cadence avec sa tête Vulq1, la start-up stéphanoise Qiova vient de lancer une levée de fonds pour accélérer la commercialisation de sa technologie et du même coup sa croissance. 

Benjamin Dusser et sa tête de laser à faisceau multipoint qui permet de démultiplier la productivité d'un laser.
Benjamin Dusser et sa tête de laser à faisceau multipoint qui permet de démultiplier la productivité d'un laser. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Fondée en 2011 par Benjamin Dusser et Sébastien Landon, la start-up stéphanoise Qiova (10 salariés ; 720 000 € de CA en 2018) entre dans une nouvelle phase de développement. « Jusqu’à l’année passée notre business model reposait sur un mix de revenus composé de nos prestations de bureau d’études et de la commercialisation de notre innovation. Depuis début 2019, nous avons clairement mis l’accent sur l’innovation avec pour objectif d’accélérer la commercialisation de notre tête de marquage et micro-usinage laser à haute cadence », explique Benjamin Dusser.

Développée à l’origine pour les marchés de la traçabilité par marquage laser (luxe, horlogerie, cosmétique et pharmaceutique), cette technologie baptisée Vulq1 a progressivement évolué pour s’ouvrir à de nouveaux marchés qui ont des besoins de texturation de surface et micro-usinage à haute cadence. « C’est le cas du display, de l’électronique mais aussi de l’aéronautique », précise le dirigeant.

Manutech pour vitrine

Qiova s’est d’ailleurs associée au GIE Manutech USD et à la société lyonnaise Fibercryst pour développer une machine spécialement dédiée aux besoins de l’aéronautique. « Fibercryst a fourni le laser, nous la tête qui permet de diviser le faisceau pour démultiplier la productivité de texturation et de micro-usinage du laser, et Manutech a conçu la machine », précise Benjamin Dusser.

Présentée en avant-première mondiale au Laser World of Photonics en juin dernier à Munich, cette machine devrait donner un sérieux coup d’accélérateur au business de Qiova. « Notre technologie est déjà utilisée par des industriels et des intégrateurs mais souvent cela reste assez secret. Parfois on nous achète une tête et on ne sait même pas exactement à quoi elle va servir. Là, avec Manutech, c’est différent. C’est une formidable vitrine qui va nous permettre d’avoir une meilleure visibilité et qui fait la preuve de notre technologie sur un système industriel », argumente Benjamin Dusser.

Une levée de fonds pour atteindre les 5 millions

Convaincu que sa tête laser à faisceau multipoint peut intéresser de nombreux marchés, notamment à l’international (80 % du CA aujourd’hui), Qiova vient de lancer une levée de fonds. « Nous recherchons 600 000 € pour un premier tour de table qui doit nous permettre d’accélérer la commercialisation de notre technologie et notre croissance », précise le dirigeant.

La start-up, qui compte sur cette levée de fonds pour quitter le Bâtiment des Hautes Technologies (BHT) et emménager dans des locaux plus grands, ambitionne de frôler le million d’euros de chiffre d’affaires dès l’année prochaine « avec une montée en puissance qui devrait nous conduire à 5 M€ sous cinq ans », conclut Benjamin Dusser.

Benjamin Dusser et sa tête de laser à faisceau multipoint qui permet de démultiplier la productivité d'un laser.
Benjamin Dusser et sa tête de laser à faisceau multipoint qui permet de démultiplier la productivité d'un laser. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.