Loire

BTP

Pyramid poursuit sa vertueuse ascension dans les travaux spéciaux

Par Gilles Cayuela, le 19 décembre 2019

Spécialisée dans les travaux spéciaux, Pyramid a vu son chiffre d'affaires passer de 6 à 21 millions d'euros en seulement quatre ans. Une ascension fulgurante qui a conduit la PME du Chambon-Feugerolles à investir 1,2 M€ dans l'agrandissement de son siège social. 

"La première année, j'ai fait 45 000 € de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, je fais ce chiffre en une matinée", aime à plaisanter Bruno Faure, fondateur en 1993 de Pyramid.
"La première année, j'ai fait 45 000 € de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, je fais ce chiffre en une matinée", aime à plaisanter Bruno Faure, fondateur en 1993 de Pyramid. — Photo : Gilles Cayuela

Fondée en 1993 par Bruno Faure, Pyramid a vu sa croissance s'accélérer de façon assez fulgurante ces quatre dernières années. "Nous sommes passés de 6 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 à 21 millions d'euros en 2019", confirme le PDG du spécialiste ligérien des travaux spéciaux (fondations profondes, confortement d'ouvrage, parois de soutènement). 

Le cercle vertueux de la sécurité

Cette réussite, la PME du Chambon-Feugerolles (110 salariés) la doit a plusieurs facteurs. "Le premier c'est tout le travail que l'on a fait en faveur de la sécurité et, par répercussion, de l'image de marque de l'entreprise", explique Bruno Faure. Engagée depuis près de quatre ans dans une démarche de certification MASE (Manuel d'amélioration sécurité des entreprises), Pyramid a énormément investi dans la sécurité de ses salariés "avec du matériel adapté et des équipements de protection individuelle (EPI) aux couleurs de l'entreprise" qui ont eu un double effet positif.

"On travaille mieux et on est plus productif quand on est bien équipé avec des EPI dont on peut être fier et avec lesquels on se sent en sécurité. Et puis cela rassure aussi les clients. Un chantier propre, du matériel entretenu, des ouvriers bien équipés qui ne se blessent pas, cela donne confiance aux clients qui nous confient du coup plus de chantiers. C'est un cercle vertueux", argumente le dirigeant, qui en deux ans a vu son chiffre d'affaires doubler et le nombre de jours d'arrêt de travail pour accident se diviser par deux.

Le virage des marchés privés

Côté cercle vertueux, Pyramid a également profité pleinement de son repositionnement stratégique. Trop longtemps dépendante d'une commande publique orientée à la baisse, la PME du Chambon-Feugerolles a amorcé ces dix dernières années un véritable virage en direction des marchés privés. "En 2007, 80 % de notre chiffre d'affaires provenait du public. Depuis quatre ans, cela ne représente plus que 20 %. Nous avons beaucoup développé les marchés privés. Ce qui nous a permis de grandir et du coup de nous positionner sur des marchés publics plus gros. Nous sommes aujourd'hui présents sur le TELT (Tunel Euralpin Lyon Turin) qui est notre plus belle opération (3,2 M€ partagé avec un confrère, NDLR)", développe Bruno Faure.

Pour aller chercher ces marchés de plus en plus gros, Pyramid a fortement investi dans ses compétences métiers. "Nous avons ajouté il y a quatre ans l'activité berlinoise (technique de soutènement, NDLR). Et depuis deux ans et demi, nous avons aussi complété notre offre en investissant fortement dans le domaine du pieu, en commençant par la plus grosse machine (67 tonnes)", explique le dirigeant.

4 M€ investis dans les pieux

Dans la foulée, Pyramid s'est doté d'un équipement hybride (pieu et micropieu) de 27 tonnes et de deux autres machines (36 et 45 tonnes). "Au total, nous avons investi 4 millions d'euros dans les pieux. Ce qui nous permet aujourd'hui de répondre à tous les besoins dans le domaine du traitement du sol", expose Bruno Faure.

Une offre globale qui devrait permettre à Pyramid de poursuivre sa croissance dans les années à venir. Une croissance que son dirigeant, qui vient d'investir 1,2 M€ dans l'agrandissement de ses bureaux et locaux sociaux (260 à 800 m²), souhaite désormais "modérer" pour mieux la digérer. 

"La première année, j'ai fait 45 000 € de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, je fais ce chiffre en une matinée", aime à plaisanter Bruno Faure, fondateur en 1993 de Pyramid.
"La première année, j'ai fait 45 000 € de chiffre d'affaires. Aujourd'hui, je fais ce chiffre en une matinée", aime à plaisanter Bruno Faure, fondateur en 1993 de Pyramid. — Photo : Gilles Cayuela

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.