Grenoble

Hôtellerie

Privilodges lance Le Hüb, sa nouvelle marque d'hébergement en coliving

Par Audrey Henrion, le 20 mai 2019

Le coliving, cette nouvelle forme d’hébergement temporaire avec espaces partagés visant une cible de jeunes actifs, arrive en septembre à Grenoble. Son nom, le Hüb, porté par l'entreprise grenobloise Privilodges, se déploiera dans un immeuble de 121 logements.

Grâce à ses espaces partagés, le Hüb cherche à mixer sa clientèle : voyageurs de passage, familles en vacances, chercheurs détachés quelques mois à Grenoble et étudiants.
Grâce à ses espaces partagés, le Hüb cherche à mixer sa clientèle : voyageurs de passage, familles en vacances, chercheurs détachés quelques mois à Grenoble et étudiants. — Photo : Privilodges

Une nouvelle forme d’hébergement s’implante à Grenoble à la rentrée. Le Hüb, un ensemble immobilier de 121 logements pouvant accueillir jusqu’à 350 personnes, réparties dans deux bâtiments de 8 étages, ouvrira ses portes le 1er septembre. Il s’agit de la troisième marque de la SAS grenobloise Privilodges (CA 2018 : 7,50 M€, 40 salariés) gérant des Appart’hôtel à Clermont, Annecy et Lyon, d’une résidence long séjour à Grenoble, ainsi que de trois résidences étudiantes à Grenoble et une autre à Lyon.

Le Hüb, un ensemble d’espaces partagés

Ce concept de coliving, qui fait fureur à Berlin, s’implantera au cœur du quartier d’affaires Europôle, entre Grenoble École de Management, la CCI et la gare. Plusieurs formules seront disponibles : sept logements comptant jusqu’à six lits « capsules » (à partir de 25 € par nuit) et ressemblant à des chambres d’auberge de jeunesse haut de gamme, des appartements plus classiques, allant du studio au T4 (1 800 euros par mois en long séjour).

Sur le principe du coliving, le lieu proposera des espaces partagés : un bar/snaking (le « Spöt »), une salle de détente (le « Läb »), une terrasse (le « Patiö ») mais aussi une laverie, une salle de fitness, un espace télé, un piano et une bibliothèque. L’idée est d’animer le site via des événements, mini-concerts, livraison de paniers de légumes, dégustation de vin…. pour séduire une large clientèle, des voyageurs de passage, des familles en transit, chercheurs détachés quelques mois à Grenoble et étudiants, etc. La directrice de l’établissement, Judith Gilibert de nationalité hollandaise est rompue à l’animation de sites de loisirs.

500 000 euros d’investissement

« Nous visons une clientèle de jeunes actifs, louant au mois ou même à l’année et qui ne sont plus à la recherche du design ou de l’expérience hôtelière inédite, mais davantage en demande de partage, de liens humains » décrit Pierre-François Berthin, l’un des trois associés (à parts égales avec Jacques Cartier-Millon et Hugues Barnoin) de Privilodges.

Cette SAS, créée en 2006, intervient comme gestionnaire de bien dans toutes ses opérations. Dans le cas du Hüb de Grenoble, le promoteur « Le revenu Pierre », avec qui Privilodges signe un bail de 11 ans, a vendu les 121 appartements rénovés à des investisseurs privés. La SAS se contentant de miser 500 000 euros environ pour homogénéiser le mobilier, fournir la papeterie, l’enseigne extérieure et les prestations de l’architecte d’intérieur. Avec une dizaine de salariés sur place, elle table, à l’issue du deuxième exercice, sur un chiffre d’affaires de quelque 2 millions d’euros à la faveur d’un taux de remplissage de 70 à 80 %.

« Jusqu’alors nous avons toujours fonctionné avec une multitude de propriétaires. Mais désormais, nous faisons le choix de l’investisseur unique - fonds de pension, foncière ou grand industriel » indique Pierre-François Berthin, déjà tourné vers le sud de l’Hexagone.

En 2022, adossée au groupe Edouard Denis, l’entreprise devrait implanter un Hüb de 143 chambres à Toulon, dans le quartier de Motety. Puis un troisième « spot » de 143 chambres à Nice, dans le quartier Méridia, aux côtés de Pitch Promotion, avant de mettre le cap au bord du lac d’Aix-les-Bains, en Savoie. « Cette expérience de coliving correspond à la connectivité des jeunes actifs », estime le dirigeant. Pierre-François Berthin admet volontiers « casser les codes des étoiles, tout en restant résidence de tourisme 3* ».

Grâce à ses espaces partagés, le Hüb cherche à mixer sa clientèle : voyageurs de passage, familles en vacances, chercheurs détachés quelques mois à Grenoble et étudiants.
Grâce à ses espaces partagés, le Hüb cherche à mixer sa clientèle : voyageurs de passage, familles en vacances, chercheurs détachés quelques mois à Grenoble et étudiants. — Photo : Privilodges

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture