Drôme

Informatique

Ponant Technologies s’attaque au marché du reconditionnement de smartphones

Par Déborah Berthier, le 20 juin 2022

Tester l’ensemble d’un smartphone en trois minutes, avant reconditionnement. C’est ce que permet de faire le robot développé par le bureau d’études spécialisé dans l’informatique embarquée, Ponant Technologies, qui veut ainsi réduire la subjectivité des tests, jusqu’à présent réalisés par des opérateurs, manuellement.

Le robot développé par Ponant Technologies permet d’identifier les éléments à réparer sur un téléphone en trois minutes.
Le robot développé par Ponant Technologies permet d’identifier les éléments à réparer sur un téléphone en trois minutes. — Photo : Ponant Technologies

Rien qu’en France 2,8 millions de smartphones reconditionnés ont été vendus en 2020. Soit une hausse de 25 % par rapport à l’année précédente. Des téléphones qui, actuellement, sont testés un à un, manuellement. "Un même opérateur en teste 200 à 300 dans la journée. Cela pose des problématiques de fiabilité et de subjectivité, fait remarquer Christophe Barthélémy, dirigeant de Ponant Technologies (46 salariés ; 3,35 M€ de CA en 2021). Comment s’assurer que le test est réalisé de manière égale à chaque fois ?"

C’est pour répondre à cette problématique que cette entreprise drômoise a développé un robot de test automatisé, nommé eTASQ Repair, qui sera commercialisé à compter de septembre 2022.

Fondée en 2015, Ponant Technologies œuvrait initialement comme bureau d’études expert dans le développement de solutions en informatique industrielle, en informatique embarquée et spécialisé dans le test. Cette activité ne représente aujourd’hui plus que 60 % du chiffre d’affaires de la société et devrait, à l’horizon 2025, tomber sous la barre des 40 %. Dès 2016, la société commence à développer des éléments de ce robot, dont la première version, commercialisée en 2019, est destinée au test de terminaux de paiement. "Nous travaillons sur les interfaces homme-machine, explique Christophe Barthélémy. Un écran, un clavier et du son."

Une traçabilité pour les reconditionneurs

Concrètement, en un peu moins de trois minutes, le robot développé par Ponant est capable de tester la connectivité, les touches physiques, le vibreur, les micros, la prise jack, les caméras, le flash, la batterie, les connecteurs, les capteurs, ou encore le lecteur NFC d’un smartphone. La machine peut ainsi analyser environ 3 000 téléphones par mois. Soit un rythme équivalent à celui d’un opérateur, "la subjectivité en moins". Proposé à la location, le robot a un prix de revient par mois également équivalent à celui d’un opérateur. Il permet par ailleurs d’obtenir une traçabilité de l’état du téléphone et des réparations réalisées. Un gage de qualité important pour les reconditionneurs. Ponant Technologies est actuellement en capacité de produire 50 robots en interne. "Mais nous avons la possibilité de passer à une production industrielle rapidement", souligne le dirigeant, qui propose également le développement de robot à façon pour d’autres applications.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition