Lyon

Énergie

Piles à hydrogène : l'usine Symbio attendue à Vénissieux et Saint-Fons

Par Audrey Henrion et Pierre Lelièvre, le 23 janvier 2020

EXCLUSIF. Selon nos informations, la PME iséroise spécialisée dans l’hydrogène Symbio devrait implanter sa future usine de kits de piles à combustible à Saint-Fons (Rhône), au cœur de la Vallée de la Chimie. La pose de la première pierre est prévue le 10 mars. En attendant de pouvoir exploiter cette nouvelle usine, la société devrait signer un bail pour lancer sa production sur le site de Bosch à Vénissieux.

La vallée de la Chimie au sud de Lyon
Symbio pourrait signer un bail pour occuper sept hectares de l'ancien site de BASF à Saint-Fons dans la Vallée de la Chimie. — Photo : Lyon Métropole

Un dossier mené tambour battant. L’entreprise Symbio (200 salariés), joint-venture détenue à égalité par Michelin (CA 2018 : 22,03 Md€ / 112 000 salariés) et Faurecia (CA 2018 : 17 Md€ / 115 000 salariés), qui a annoncé le 19 décembre 2019 son intention d’implanter dans la métropole lyonnaise la plus grande usine de piles à hydrogène d’Europe, pourrait s’installer à Saint-Fons (Rhône), au cœur de la Vallée de la Chimie, selon les informations du Journal des Entreprises que Symbio n’a pas souhaité confirmer.

Le projet devrait atterrir sur l’ancien site de l’usine BASF, au nord de la Vallée de la Chimie. « Les équipes de Symbio occuperaient à terme 7 hectares », précise ce spécialiste, ajoutant que le site serait à même d’accueillir plusieurs centaines d’emplois. « Le projet n’est pas encore totalement sécurisé, les discussions autour du bail se poursuivent », nuance-t-il toutefois.

>> Lire notre enquête : En Auvergne Rhône-Alpes, la filière de l'hydrogène décarboné monte en pression

En attendant la construction de cette usine, dont la première pierre sera posée le 10 mars, la société est aussi sur le point de signer un bail sur le site de Bosch à Vénissieux. « Le site présente des conditions idéales pour Symbio, qui va lancer une préfiguration de production, commente ce spécialiste. Ce qui lui permet de lancer l’industrialisation avant de rejoindre la Vallée de la Chimie, laquelle bénéficie des flux d’approvisionnement en hydrogène ».

Pour l’heure, le contrat de location qui liera Bosch, puis la SAS USIN Lyon Parilly, est « en cours de finalisation ». « Le bail pour cette activité industrielle innovante portera sur 5 000 m², soit la moitié de la grande halle du site », précise un interlocuteur proche du dossier. Symbio rejoindrait ainsi un vaste terrain de 11 hectares en cours d’acquisition par la Serl (société d’équipement et aménageur urbain de Lyon et du Rhône), la Banque des Territoires et la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes. Ensemble, elles créent un site concentrant des industries innovantes. Baptisé USIN Lyon Parilly, il est destiné à accueillir environ 25 start-up industrielles, à l’image de BoostHeat ou de La Ruche Industrielle.

En attendant la probable construction d'une usine à Saint-Fons, Symbio s'apprête aussi à signer un bail pour occuper 5 000m² sur le site de Bosch à Vénissieux.
En attendant la probable construction d'une usine à Saint-Fons, Symbio s'apprête aussi à signer un bail pour occuper 5 000m² sur le site de Bosch à Vénissieux. - Photo : DR

Le choix de Lyon comme lieu d’atterrissage pour la future usine de Symbio est le fruit d’un travail de la Métropole, qui a fait jouer son savoir-faire en matière d’attractivité. « Les services de la Métropole ont sécurisé l’arrivée de Symbio avec ce double package comprenant le site de Saint-Fons et celui de USIN Lyon Parilly pour qu’ils puissent démarrer la production rapidement », confirme un proche du dossier.

200 000 unités produites par an

Le 3 décembre 2019, les actionnaires Michelin et Faurecia annonçaient un investissement global de 140 millions d’euros comprenant la construction de cette première usine de leur coentreprise créée dans le courant de l’année 2019. Celle-ci sera dimensionnée pour atteindre une capacité de production annuelle de 200 000 « Stackpack », c’est-à-dire des kits rassemblant une pile à hydrogène et les composants nécessaires à son intégration dans les véhicules électriques.

En avril 2019, Bertrand Joubert, alors directeur général de Symbio et aujourd’hui vice-président produit, innovation et stratégie se félicitait auprès du Journal des Entreprises de l’opportunité que présente l’alliance Michelin-Faurecia pour la PME iséroise : « Notre rachat par Michelin et l’alliance avec Faurecia nous donne les moyens de nos ambitions. Nous allons pouvoir industrialiser à grande échelle nos kits de piles à combustible ».

À horizon 2030, Symbio, à l’étroit dans son siège social de Fontaines (Isère), espère capter 25 % de parts de marchés et réaliser 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires. L’entreprise iséroise est déjà très impliquée dans le déploiement de l’hydrogène dans la région à travers le programme Zero Emission Valley, avec le déploiement d’un millier de véhicules à hydrogène et 20 stations de recharges sur le territoire.

La vallée de la Chimie au sud de Lyon
Symbio pourrait signer un bail pour occuper sept hectares de l'ancien site de BASF à Saint-Fons dans la Vallée de la Chimie. — Photo : Lyon Métropole

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail