Isère

Énergie

Pierre Streiff croque Tech Energies

Par Marie Lyan, le 27 avril 2017

Le groupe Streiff vient de racheter la société iséroise Tech Énergies, à travers sa filiale Eolya. L'objectif : renforcer sa présence sur le massif de l'Oisans en Isère.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Présent sur plusieurs segments dans le domaine du bâtiment à travers ses quatre filiales (Streiff, Minafluid, Gillet, Eolya), le groupe Streiff poursuit une stratégie d'expansion « par opportunités ». Après deux opérations de croissance externe réalisées en 2014, le groupe vient d'ajouter une nouvelle corde à son arc avec le rachat de l'ensemble des parts de la TPE iséroise Tech Energies (CA 2016 : 600 000 euros ; 5 salariés), basée à Bourg d'Oisans. L'objectif ? Consolider la présence de sa filiale Eolya (CA 2016 : 9 millions d'euros ; 80 salariés ; Dg : Laurent Grimaud), spécialisée depuis 15 ans dans l'exploitation et la maintenance d'installations techniques, sur le marché des collectivités et des entreprises.

Une intégration au sein du groupe

« C'était une opportunité pour mieux couvrir ce territoire où nous étions jusqu'ici peu présents », estime Pierre Streiff, qui rappelle que la société est déjà implantée à Chambéry, Grenoble et Lyon. Parmi ses clients, on retrouve à la fois des industriels du bassin grenoblois, mais aussi des collectivités locales, collèges, lycées ou des mairies. À travers ce rachat, Eolya reproduit une méthode déjà éprouvée lors de la reprise de l'entreprise savoyarde Aster Alpes ? ensuite absorbée par le groupe Streiff-, et qui visait elle aussi à consolider sa présence sur un nouveau marché. Couvrant jusqu'ici Bourg d'Oisans, Vaujany et les Deux Alpes, Tech Energies va elle aussi changer de nom pour être intégrée au sein du groupe via une transmission universelle de patrimoine (TUC). Cette acquisition fait également écho à la stratégie de diversification entreprise par le groupe Streiff depuis plusieurs années, à travers ses quatre filiales qui desservent chacune un marché différent. « L'entreprise Streiff effectue des installations en génie climatique en Isère et sur les deux Savoie, tandis que la société Gillet couvre le territoire du Nord-Isère sur le même métier », explique Pierre Streiff.

Un marché porteur

Eolya se pose quant à elle « en complément des deux premières sociétés », en proposant des contrats de maintenance sur les installations réalisées ou non par les sociétés du groupe, tandis que la TPE Minafluides travaille sur la niche de l'aménagement de salles blanches et de laboratoires de recherche. Eolya occupe en réalité une place stratégique, puisque pour nourrir sa croissance, le groupe Streiff compte en premier lieu sur le marché des services en efficacité énergétique. « Le secteur des économies d'énergie se développe de plus en plus, avec l'apparition de nouvelles normes et de techniques. Une grande partie des bâtiments de notre territoire a plus de 40 ans, ce qui constitue un marché potentiel important en matière de rénovation énergétique », estime Pierre Streiff. Pour se positionner face à une concurrence constituée de grands groupes nationaux, Eolya a fait le pari de la proximité, en maillant le territoire à travers ses acquisitions. Quitte à rester rhônalpine : « Nous n'avons pas d'ambitions au niveau national, car notre force est d'être proches de nos clients », résume Pierre Streiff.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.