Loire

Loisirs

Olympique Cycles poursuit son ascension grâce au Tour de France

Par Gilles Cayuela, le 01 juillet 2019

Depuis 2010, Olympique Cycles a fait du Tour de France un véritable moteur de son développement. En 2019, le fabricant de cycles de Saint-Romain-le-Puy, dans la Loire, va produire 1 300 vélos pour la Grande Boucle, qui fera étape à Saint-Étienne les 13 et 14 juillet.

Florian Carron, gérant d'Olympique Cycles, fabricant de vélos dans la Loire, et son père Guy, ancien dirigeant
Olympique Cycles, géré par Florian Carron et créé par son père Guy en 1986, va produire 1 300 vélos pour l'organisateur et les partenaires de la caravane du Tour de France 2019. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

« Depuis 2008 et la crise financière, nous affichons une croissance annuelle moyenne de 5 à 10 %. Certaines années, nous avons même atteint les 15 à 20 % », se félicite Florian Carron, gérant d’Olympique Cycles (9 salariés, 2,8 M€ de CA en 2018). Quand bon nombre d’industriels ont vu leur activité s’effondrer, le fabricant de cycles de Saint-Romain-le-Puy (Loire) a, lui, été porté par son activité de distribution de pièces détachées.

« Les petits grossistes et assembleurs n’étaient plus suivis par les banques. Ils ne pouvaient plus importer de containers pour avoir du stock. Ils se sont donc tournés vers nous. Via l’intermédiaire de notre partenaire Messingschlager, qui dispose d’un entrepôt sous douane en Allemagne, nous leur avons permis de gérer leurs besoins de manière cadencée sur l’année en leur évitant d’avoir des frais de stockage, de gérer les douanes et de faire une avance de trésorerie », explique Florian Carron.

Des produits dérivés aux vélos "Tour de France"

À partir de 2010, Olympique Cycles a aussi vu son chiffre d’affaires grimper grâce au Tour de France. « Messingschlager s’est vu proposer par ASO, l’organisateur de la Grande Boucle, de créer des produits dérivés sous licence. Comme nous étions leur distributeur pour la France, nous avons commencé à distribuer sous licence des accessoires de cycles (compteurs, bidons, casques etc) », relate Guy Carron, qui a transmis la direction de l’entreprise à son fils en 2015.

Pour assurer la promotion de ces produits, le fondateur d’Olympique Cycles demande à ASO de lui ouvrir les portes du Tour de France en installant son stand dans les villes étapes. « Cela nous a permis d’avoir des retombées en termes de notoriété et d’être reconnu par ASO pour notre savoir-faire et notre sérieux. Et, du coup, de passer des produits dérivés à la fabrication de vélos siglés Tour de France », expose Florian Carron.

Pour optimiser sa production et réduire la pénibilité au travail de ses salariés, Olympique Cycles a développé un carrousel qui permet à l'opérateur de travailler sur le vélo directement à hauteur d'homme et sans avoir à le retourner. Un process unique en France.
Pour optimiser sa production et réduire la pénibilité au travail de ses salariés, Olympique Cycles a développé un carrousel qui permet à l'opérateur de travailler sur le vélo directement à hauteur d'homme et sans avoir à le retourner. Un process unique en France. - Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Très vite, les commandes de vélos de la part d’ASO et des partenaires de la caravane du Tour, comme Century 21 ou Vittel, pour leurs opérations promotionnelles, s’envolent. « Même Eurosport nous en a commandés pour faciliter le déplacement de leurs équipes dans le Village. Chaque année, le Tour de France, c’est en moyenne 800 vélos. Cette année, nous allons atteindre les 1 300. Cela représente pour nous plus d’un mois et demi de travail », se réjouit Florian Carron.

Un agrandissement en vue

Pour entrer sur le Tour de France, Olympique Cycles a fait monter en gamme son process de fabrication et son organisation. « C’est ce qui nous a permis d’aller chercher d’autres marchés, comme la fabrication de roues, notamment motorisées, qui représente un vecteur de développement majeur dans l’avenir avec la montée en puissance du vélo à assistance électrique », explique Florian Carron, qui ambitionne de « tripler voir quadrupler » le nombre de roues produites chaque année.

Pour ce faire, Olympique Cycles va devoir pousser ses murs. Trop à l’étroit dans son atelier de 1 700 m², l'entreprise familiale projette de réaliser sous deux ans une extension de 2 000 m². Un projet à 1 M€ qui devrait lui permettre de poursuivre sereinement son ascension.

Florian Carron, gérant d'Olympique Cycles, fabricant de vélos dans la Loire, et son père Guy, ancien dirigeant
Olympique Cycles, géré par Florian Carron et créé par son père Guy en 1986, va produire 1 300 vélos pour l'organisateur et les partenaires de la caravane du Tour de France 2019. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.