Services

Okko hôtel : Ouverture dans un an à Grenoble

Par Anne-Gaëlle Metzger, le 08 novembre 2013

Hôtellerie. La nouvelle chaîne Okko, fondée par Paul Dubrule et Olivier Devys, anciens dirigeants du groupe Accor, construit un établissement dans le centre-ville de Grenoble, avec une ouverture prévue en octobre 2014. Olivier Devys, fondateur et président, nous explique ce choix.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

P


ou

rquoi implanter un hôtel 4 étoiles de 138 chambres à Grenoble ? C'est une ville dynamique, qui n'est pas très connue mais très active. L'hôtellerie n'y est pas très satisfaisante, surtout au niveau des 4 étoiles nouvelles normes.


Il y a déjà des établissements de ce type. Y a-t-il de la place pour un supplémentaire ?

Je ne suis pas sûr qu'il y a de la place pour tout le monde, mais il y a de la place pour nous. Notre arrivée n'est pas une excellente nouvelle pour un certain nombre de gens et ne fait pas très plaisir à nos anciens camarades du groupe Accor, mais Grenoble a droit à une hôtellerie moderne. Tout nouveau concept fait avancer l'industrie. Nous voulons innover, tout le monde en profitera, les professionnels comme les clients.


Qu'est-ce qui vous différenciera de la concurrence ?

Nous nous installons dans le quartier de Bonne, qualitatif, très bien refait, avec un emplacement sur le Jardin Hoche, à deux pas des places Victor-Hugo et Grenette. Ce n'est pas un emplacement contraint, nous y avons de très belles vues sur les montagnes ; les autres n'ont pas un emplacement top où on veut passer une soirée ! L'image du quartier nous correspond.


C'est-à-dire ?

Le concept Okko apporte quelque chose de novateur dans notre métier, avec une simplification du process, sans check in, check out. C'est moins de contraintes pour le client et pour le personnel qui peut alors se concentrer sur l'hospitalité. Et nous avons des formules tout compris, dans lesquelles tout est réellement compris, dans la limite de la loi, c'est-à-dire sans open bar. Ce n'est pas une révolution mais l'industrie hôtelière a un retard en la matière.


Quelle sera votre politique tarifaire ?

Les prix pour Grenoble ne sont pas encore fixés ; nous attendons de voir comment évoluent le marché et le taux de TVA. Notre premier établissement ouvrira à Nantes en janvier, avec une formule à 145 €, contre 160 € en général chez nos concurrents. Nous lançons ce mois-ci notre site internet de réservations et nous communiquerons dès que les dates d'ouvertures et les tarifs seront arrêtés. Mais le message sera du type "Arrêtez de vous faire plumer" !


Vous faites du 4 étoiles low cost ?

Non, mais nous proposons un prix honnête sans avoir le réflexe d'a priori que le client peut payer ! Nous réinventons le process de production et de conception pour baisser les prix. Il faut abandonner le toujours plus, toujours plus cher. Nous avons une notion de retour à l'essentiel, sans le surplus qui n'apporte pas de vraie valeur au client. Il faut casser les codes, rappeler que l'hôtel n'est pas forcément cher et ennuyeux mais peut être qualitatif et ludique. Okko est un vrai quatre étoiles, mais c'est du haut de gamme sans chichi, à un "fair price".


À quelle clientèle vous adressez-vous ?

Nous visons une clientèle individuelle, pas les séminaires, les groupes, ni les équipages d'avion. Mais aujourd'hui, il est très difficile de distinguer les clientèles affaires et loisirs, tellement il existe une interpénétration des deux modes de vie.


Quel est l'investissement pour cet établissement ?

Il est de l'ordre de 17 M€ ; une chambre représente environ 130.000 € d'investissement. Mais nous sommes une toute petite société de neuf personnes car notre logique d'organisation est de travailler en partenariat : nous trouvons le meilleur dans chaque domaine et nous externalisons. Notre idée est de rester une micro-entreprise et de bâtir des partenariats à long terme, que ce soit pour la décoration et le design, l'informatique, la recherche de fonds, la comptabilité, etc. Seules les exploitations d'établissements nécessitent le recrutement de dix à quinze personnes par hôtel. Nous visons neuf hôtels d'ici à cinq ans, pour un chiffre d'affaires global de près de 20 M€.


http://okkohotels.com

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail