Lyon

Santé

Novasep assouplit ses capacités de production à Chasse-sur-Rhône

Par Pierre Lelièvre, le 12 novembre 2020

Avec un nouvel investissement de 6,5 millions d’euros, le groupe lyonnais Novasep, spécialiste de la production de vecteurs viraux et principes actifs, renforce et flexibilise les capacités de production de son site de Chasse-sur-Rhône (Isère) où sont fabriquées essentiellement des molécules médicamenteuses pour l’oncologie.

Avec 6,5 millions d'euros investis, Novasep aura engagé 30 millions d'euros en trois ans sur le site rhodanien de Chasse-sur-Rhône.
Avec 6,5 millions d'euros investis, Novasep aura engagé 30 millions d'euros en trois ans sur le site rhodanien de Chasse-sur-Rhône. — Photo : Novasep

Pour continuer d’avancer et poursuivre "une année 2020 à tout point exceptionnelle", le chimiste lyonnais spécialisé dans la production de principes actifs médicamenteux Novasep (CA 2019 : 300 M€ ; 1 600 salariés) n’attend pas patiemment les résultats de la phase 3 du candidat vaccin anti-Covid-19 d’AstraZenecca. Le groupe a en effet été choisit pour produire plusieurs centaines de millions de doses du futur vaccin.

En attendant, la société poursuit le développement de ses autres activités. La biotech est en train de finaliser un investissement de 6,5 millions d’euros sur son site de Chasse-sur-Rhône (Isère ; 250 salariés). Ce nouvel investissement vient porter à 30 millions d’euros le total investi sur le site de Chasse-sur-Rhône depuis trois ans.

Deux nouveaux réacteurs

"Notre objectif est d’accroître et de flexibiliser nos capacités de production à travers un agrandissement, mais surtout en mobilisant l’essentiel de l’enveloppe sur l’acquisition de deux nouveaux réacteurs de synthèse de 6 mètres cubes au total, détaille Michel Spagnol, PDG du groupe. Notre volonté est d’assouplir notre outil de production pour pouvoir répondre à de multiples demandes tout en minimisant notre impact énergétique avec des réacteurs dont la montée en température est mieux gérée".

Attendus pour la fin de l’année prochaine, ces nouveaux réacteurs, dont la capacité de production n’est pas la plus élevée du marché, permettront à la société de disposer d’outils adaptés à la fabrication de principes actifs pour l’oncologie dans des volumes cohérents.

Engouement pour les petites molécules

"La majorité des produits fabriqués sur ce site sont destinés à l’oncologie à travers la production de nouveaux principes actifs", souligne le PDG, qui précise que depuis 2018, l’usine est à l’origine d’une dizaine d’approbations de nouveaux produits.

Ces chiffres témoignent, selon le PDG, de la concrétisation d’une stratégie commencée en 2017 qui s’orchestre à la fois autour d’investissements majeurs dans le domaine des vaccins et des vecteurs viraux et autour du développement et de l’acquisition de projets de petites molécules en phase avancée de développement clinique. Ce segment d’activité a vu son chiffre d’affaires croître de 34 % en 2019. Après deux années de forts investissements "sans profitabilité immédiate", l’année 2020 s’annonce bien meilleure. "Au global, nous nous attendons à une croissance du chiffre d’affaires de près de 20 % cette année", avance-t-il.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail