Lyon

Textile

Nosc habille les sportifs avec une fibre écoresponsable en ricin

Par Delphine Sauzay, le 10 novembre 2022

En utilisant de l'huile de ricin pour fabriquer un fil bio-sourcé résistant et bactériostatique, la marque lyonnaise Nosc propose une alternative durable aux vêtements première couche des sportifs. Deux jeunes associés de 26 ans développent leurs tee-shirts, brassières et leggings en combinant écoresponsabilité et performance textile.

Maugan Peniguel et Nathan Vitu, cofondateurs de la marque textile sportive innovante Nosc.
Maugan Peniguel et Nathan Vitu, cofondateurs de la marque textile sportive innovante Nosc. — Photo : Nosc

C’est en scrutant les étiquettes de leurs vêtements de sport que Maugan Peniguel et Nathan Vitu, alors étudiants en licence de gestion à Lyon 3, réalisent qu’ils sont à plus de 90 % en polyester et de fabrication lointaine. Une prise de conscience affligeante pour ceux qui font du sport pour être en contact avec la nature et la respecter.

Les deux futurs associés font le pari du polyester recyclé et démarrent leur activité via une campagne de crowfunding sur Ulule en juin 2018, grâce à laquelle ils collectent 12 000 euros en un mois, en vendant 400 tee-shirts. "Cela nous a permis de financer notre première production et d’emprunter 80 000 euros auprès de France Active, d’Initiative France et du CIC en mai 2019", raconte Maugan Peniguel, cofondateur de Nosc.

Une fibre écologique et performante

Les associés s'intéressent alors à une maille fabriquée à partir d’huile de ricin, utilisée par le milieu médical pour ses propriétés bactériostatiques (qui arrête la prolifération des bactéries) et anti-odeur, et également thermorégulatrice. Un combo idéal pour une "première couche", estiment-ils. "Sa résistance à l’abrasion en fait une fibre biosourcée très durable, qui sèche deux fois plus vite que le polyester", résume Maugan Peniguel.

Cultivé sur des terres pauvres, sans arrosage, le ricin permet d’économiser 70 % d’eau comparé au coton et plus de 30 % de CO2 comparé au polyester. Les premières couches sans coutures de Nosc sont fabriquées en au Portugal directement à partir du fil, sans perte de tissu liée aux traditionnelles opérations de découpe et d’assemblage. "Au sein de la sphère du textile éthique, nous adressons une clientèle adepte du minimalisme qui investit dans un nombre limité de vêtements, de qualité et durables", poursuit-il.

Déjà 3 000 unités vendues

Il aura fallu deux ans pour mettre au point les premiers modèles en huile de ricin. "Une fois le prototype validé, nous avons dû résoudre toute une série de problèmes : fil qui casse, couleurs difficiles à fixer, multiples essais pour associer le fil de ricin avec l’élasthanne et colis perdus", raconte Maugan Peniguel. Chemin faisant, les entrepreneurs apprennent à se familiariser avec le monde (et le jargon) du textile, afin d'être crédibles face aux fournisseurs de la chaîne textile.

Depuis début 2019, la jeune marque a vendu 3 000 vêtements en ricin. Elle distribue ses gammes via son site Internet et des marketplaces (Wedressfair en France, Planetics en Allemagne…), qui génèrent 60 % de ses ventes. En parallèle, ses vêtements commencent à être référencés dans des magasins écoresponsables, comme Run Green, ou de mode éthique, comme Altermundi. Uniques commerciaux de leurs gammes, les deux associés en seront aussi les ambassadeurs au salon du Made in France à Paris (10 au 13 novembre 2022) et à ISPO à Munich fin novembre.

En pourparlers pour une levée de fonds d’environ 260 000 euros, ils espèrent atteindre un chiffre d’affaires d’environ 400 000 euros en 2023, notamment pour recruter des commerciaux et séduire les marchés transfrontaliers.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition