Lyon

Numérique

Les entreprises lyonnaises de l'Edtech se fédèrent pour gagner en visibilité

Par Déborah Berthier, le 14 octobre 2021

Sur un marché encore peu mature de l'Edtech, ces solutions numériques à visée éducative et de formation, les acteurs du territoire se fédèrent au sein de l’association Edtech Lyon. De quoi partager leur expérience pour gagner en visibilité.

Le nombre d’utilisateurs de la liseuse d'histoires préenregistrées Bookinou est passé de 50 000 à 100 000 en un an.
Le nombre d’utilisateurs de la liseuse d'histoires préenregistrées Bookinou est passé de 50 000 à 100 000 en un an. — Photo : Bookinou

Chez Bookinou, le nombre d’utilisateurs est passé de 50 000 à 100 000 en l’espace d’un an. La start-up lyonnaise, cofondée par Vincent Gunther et Guillaume Chanteloube, qui a développé une liseuse permettant d’écouter des histoires préenregistrées, est plébiscitée par les enseignants de maternelle dans le cadre de la sensibilisation à la lecture. En septembre, la jeune pousse, qui reste discrète sur son chiffre d’affaires, a reçu le label Edu Up de l’Éducation nationale, lequel soutient la production de ressources numériques.

Même succès pour le robot conversationnel Hello Charly, qui accompagne les élèves dans leur orientation : sa société éditrice Ovvy, présente à Paris et à Lyon, a de son côté doublé ses effectifs en un an pour atteindre 12 salariés et un rythme de croisière d’une création de poste par mois.

42 entreprises "Edtech" en région lyonnaise

Déjà amorcé depuis quelques années, le développement des solutions numériques à visée éducative et de formation, ou "Edtech", a été largement accéléré par la crise sanitaire. "Les confinements ont poussé tout le monde vers le numérique", rappelle Magali Rofidal, déléguée générale de EdTech Lyon, association professionnelle qui fédère 72 membres, dont 42 entreprises en région lyonnaise. Elle a organisé le 13 octobre le Edtechday, événement rassemblant les acteurs de l’écosystème. Au niveau national, le marché pèse 650 millions d'euros de chiffre d'affaires, 550 entreprises et 7 000 emplois. Au plan régional, il est encore difficile pour cette structure créée en 2019 et "dont le nombre de membres ne cesse d’augmenter depuis la crise, d’avoir une vision très précise du marché", estime Magali Rofidal.

Échanger pour s’ouvrir à de nouveaux marchés

"Au sein d’Edtech Lyon, les entreprises viennent chercher une meilleure compréhension du terrain", décrit-elle. L’éducation est un secteur dans lequel les utilisateurs doivent être pleinement intégrés au moment du développement. Le partage d’expérience entre entreprises du secteur est donc primordial. "L’association organise par exemple des groupes de travail sur la thématique du développement, de la croissance, de l’investissement, pour que les entreprises les plus jeunes bénéficient du retour d’expérience des autres, dans un secteur encore jeune et peu organisé. La présence d’un fonds d’investissement comme Evolem au sein de l’association est très bénéfique", soutient la déléguée.

"Très souvent, une Edtech part d’une brique technologique, conçue en pensant à un usage mais capable de répondre à plusieurs besoins de marché. Encore faut-il les identifier."

Ainsi, la société lyonnaise Woonoz (CA 2020 : 10,5 M€, plus de 90 salariés), spécialiste de la remise à niveau en orthographe, a d'abord développé son "Projet Voltaire" à destination du monde du l’enseignement avant de réaliser que sa solution pouvait également répondre à aux besoins de la formation professionnelle. "C’est aussi en s’ouvrant à d’autres segments de marché que ces entreprises peuvent trouver un équilibre économique", plaide Magali Rofidal. Reste à faire connaître ces solutions et à sensibiliser les acteurs de terrain. "Les établissements d’enseignement et les collectivités savent acheter des livres scolaires, mais il faudrait que chaque enseignant ait la possibilité de choisir sa solution Edtech en fonction de ses besoins pédagogiques. Cela implique une petite révolution."

Le nombre d’utilisateurs de la liseuse d'histoires préenregistrées Bookinou est passé de 50 000 à 100 000 en un an.
Le nombre d’utilisateurs de la liseuse d'histoires préenregistrées Bookinou est passé de 50 000 à 100 000 en un an. — Photo : Bookinou

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail