Lyon

Informatique

Les 3 secrets de la patronne de Kardol pour lutter contre la solitude du dirigeant

Par Cyril Michaud, le 17 septembre 2019

Pour lutter contre la solitude, Maud Billard-Coester, codirigeante du groupe Kardol à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (Rhône), recommande de s’associer pour diriger son entreprise et porter les décisions à deux.

Maud Billard-Coester, PDG du groupe Kardol, intégrateur de solutions informatiques de gestion pour les entreprises.
Maud Billard-Coester, PDG du groupe Kardol : « La solitude, je l’ai ressentie mais peut-être un peu moins que les autres ». — Photo : DR

Adhérer à un réseau, bien s’entourer ou s’associer. Voilà des solutions qui peuvent permettre au dirigeant de se sentir moins seul. C’est le choix qu’a fait Maud Billard-Coester, PDG du groupe Kardol, intégrateur de solutions informatiques de gestion pour les entreprises, basé à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, dans le Rhône (170 salariés, 26 M€ de CA en 2018).

Diriger avec un associé

« Je pense que l’on ne mesure pas assez la notion de solitude. Personnellement, j’ai choisi, dès le début, de travailler au côté d’un associé, Alexandre Poncet. La solitude, je l’ai ressentie, mais peut-être un peu moins que les autres. S’associer, c’est une vraie force. En même temps, cela peut être perturbant pour les salariés d’avoir face à eux deux interlocuteurs, avec leurs complémentarités et leurs différences. »

Et lorsqu’il s’agit de faire des choix cruciaux, la solitude ressurgit, même à deux. « Le dirigeant est toujours seul face à ses décisions. Il doit gérer les derniers problèmes qui sont bien souvent les plus complexes. Et parfois, il a besoin de conseils. »

Intégrer un réseau de chefs d'entreprise

Maud Billard-Coester a ainsi fait le choix d’adhérer à un réseau. « Il faut savoir s’entourer. J’ai choisi l’APM (Association Progrès du Management, NDLR) qui fédère 7 000 à 8 000 dirigeants d’entreprise en France. Nous nous réunissons une fois par mois, par groupe de vingt, et échangeons sur différentes problématiques de stratégies, de marchés, etc. Chacun vient d’un secteur différent et il est intéressant d’avoir un regard extérieur. Parfois, un dirigeant qui fait fausse route doit être capable d’entendre la vérité. »

Instituer un comité stratégique externe

Pour briser la solitude, Maud Billard-Coester recommande également de mettre en place « un comité stratégique constitué de personnes qui ne sont pas du secteur. Le conseil d’administration, par exemple, peut être un moyen de sortir de sa solitude. Vous vous entourez de gens qui ont un regard neuf, parfois un peu naïf, mais qui jouent le rôle de miroir dont vous avez besoin pour vous aider à réfléchir et sortir de votre quotidien. » Une solution également appliquée par Betty Vergnaud, dirigeante de Marc & Betty, une PME vendéenne de 25 salariés.

Maud Billard-Coester, PDG du groupe Kardol, intégrateur de solutions informatiques de gestion pour les entreprises.
Maud Billard-Coester, PDG du groupe Kardol : « La solitude, je l’ai ressentie mais peut-être un peu moins que les autres ». — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.