Rhône

Services

Le prestataire en rénovation énergétique EnergyGo s'envole grâce à MaPrimeRénov'

Par Audrey Henrion, le 21 mars 2022

Entre 2019 et 2022, le chiffre d’affaires de la PME du Rhône EnergyGo a bondi de 300 %, passant de 13 millions à 53 millions d’euros, Un choc de croissance que le prestataire en travaux de rénovation énergétique a encaissé sans difficulté en structurant ses process.

La PME EnergyGo est passée de 49 salariés en 2019 à plus de 130 en 2021.
La PME EnergyGo est passée de 49 salariés en 2019 à plus de 130 en 2021. — Photo : EnergyGo

Les deux milliards d’euros alloués par l’État à la rénovation énergétique des logements via le dispositif MaPrimeRénov' en 2022 ne profitent pas qu’aux particuliers. La politique de lutte contre les "passoires thermiques" fait aussi le bonheur des entreprises positionnées sur ce segment. Comme AB Services, fondée en 2010 par Raphaël Assouline et Jonathan Benichou à Caluire (Rhône), historiquement spécialisée dans la pose de panneaux solaires. Rebaptisée EnergyGo en avril 2020, elle surfe depuis sur une vague qui ne semble pas près de s’écraser.

Gérer la forte croissance

De 13 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, réalisés essentiellement sur la vente et l’installation de panneaux solaires et pompes à chaleur, la PME a enregistré 70 % de croissance pour atteindre 22 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2020 et 53 millions en 2021, correspondant à plus de 4 000 chantiers par an. "Nous sommes passés de zéro demande entrante en mars 2020 à 100 % de demandes entrantes aujourd’hui", note Raphaël Assouline, actuel directeur général d'EnergyGo. 

Ce diplômé de l’Institut Mines-Télécom Business School, qui fut aussi auditeur financier, a fait rentrer le fonds Siparex au capital en 2018. L'investisseur lui présente Eric Savall, qui prend la présidence déléguée d'EnergyGo pour épauler le dirigeant et structurer l’entreprise afin de lui permettre de gérer la forte croissance.

Un marché qui explose auprès des ménages modestes

MaPrimeRénov', les certificats d’économie d’énergie et l’effet confinement ont conjointement boosté les travaux dans les logements. En France, en 2020, 450 000 foyers ont fait des demandes pour profiter de MaPrimeRénov' ; elles étaient 800 000 en 2021 et déjà 1 million en 2022, note Eric Savall. S’appuyant sur les données officielles, il estime entre 6 et 7 millions le nombre de maisons qui seraient concernées par la politique de rénovation. "Les familles modestes sont les plus incitées à financer des travaux de rénovation", constate le président délégué. Ce sont elles qui constituent la grande majorité de la clientèle d’EnergyGo. L’entreprise constate 70 % de croissance auprès des foyers percevant moins de 37 000 euros de revenus annuels.

La PME, passée de 49 salariés en 2019 à 115 en 2021 (plus 17 personnes attachées à la filiale EnergyPose qui réalise les diagnostics), déploie la majeure partie de ses forces sur le diagnostic des habitations par ses propres techniciens et sur le montage administratif des dossiers. La réalisation des travaux est sous-traitée à des prestataires, mais EnergyGo demeure l’interlocuteur unique des clients et le garant de la bonne réalisation des travaux. "Le montant moyen d’une rénovation atteint 20 000 euros, avec un reste à charge pour nos clients qui est faible", expose Eric Savall.

Parmi les facteurs clés de réussite d'EnergyGo, figurent les investissements conséquents opérés en 2020 dans les process, le recrutement et dans un outil digital permettant aux clients de simuler les effets d’une rénovation énergétique sur leur consommation. La PME a été reconnue "entreprise à fort potentiel" par la Région Auvergne Rhône-Alpes dans le cadre de son programme Perl.

Rester sur la vague

La suite de l’histoire passera par l'essor de la rénovation globale, qui consiste à réaliser des travaux d'isolation, de chauffage, de production d'eau chaude et de ventilation en une seule fois plutôt que faire ces chantiers de manière isolée et espacée dans le temps. "Au-delà de quatre gestes dissociés, les effets sur la consommation sont nuls", appuie Raphaël Assouline, citant une récente étude de l'Agence de la transition écologique (Ademe). Aujourd’hui 20 % des travaux conduits par EnergyGo portent sur la rénovation globale de l’habitat. L’objectif est d’atteindre 50 % d’ici 2026, en s’appuyant sur les nouvelles incitations, voire contraintes, en la matière.

Après l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Bourgogne-Franche-Comté, la PME met désormais le cap sur la Nouvelle-Aquitaine. "Nous envisageons de nous étendre en France en centralisant l’administratif à Lyon et en déployant des équipes de diagnostic énergétique en région", révèle le dirigeant. Mais avec une conjoncture géopolitique complexe et le cours des matières premières à la hausse, EnergyGo reste prudent. "Nous avons bien pris la vague, maintenant il faut veiller à rester dessus."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition