Rhône

Industrie

Le groupe Gerflor s'associe avec Paprec Recyclage

Par Audrey Henrion, le 27 janvier 2017

Le fabricant lyonnais de revêtements de sol Gerflor et l’entreprise Paprec Recyclage créent leur coentreprise, Floor-to-Floor. Paprec récupèrera les chutes de fabrication et de pose de Gerflor, qui réinjectera les granules issus de la valorisation dans son cycle de production.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Les deux entreprises Gerflor et Paprec Recyclage travaillaient régulièrement ensemble depuis huit ans. Elles ont décidé de passer un cap et d’unir leurs compétences pour aller plus loin dans ce qui les rassemble : la volonté de recycler la matière pour la réinjecter dans le cycle de production, autrement nommée " économie circulaire ".

Valorisation

Fin janvier Jean-Luc Petithuguenin, dirigeant et fondateur de Paprec (CA 950 millions d’euros, 4.500 collaborateurs, 110 sites en France et en Suisse) et Bertrand Chammas, P-dg du groupe Gerflor (CA 2016 : 830 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 200 en France, 3.500 salariés dont 1.500 en Auvergne-Rhône-Alpes) ont annoncé la naissance de Floor-to-Floor®, une joint-venture à 50/50 qui fait l’objet d’un investissement immédiat de 3 millions d’euros. 

Cette somme permet d’installer sur le site Paprec de Trémentines à proximité de Cholet (Maine-et-Loire) une nouvelle ligne de recyclage. L’usine Paprec est déjà spécialisée dans la valorisation des plastiques mais cette nouvelle ligne sera dédiée aux produits Gerflor et fera l’objet de technologies de broyage et d’extrusion inédites. Environ 1.500 tonnes seront transformées par an, issues des chutes de pose et de fabrication. 

Pour l’heure, quatre à cinq embauches sont prévues mais dans la perspective d’une valorisation montant à 5000 tonnes par an, celles-ci devraient s’accroître. En outre, dès que la réutilisation des chutes sera optimisée, Gerflor a prévu de créer ex-nihilo un nouveau site de production dans la région lyonnaise, destiné à fabriquer des revêtements exclusivement issus du recyclage. Ce site porterait à trois le nombre d’exploitations dans la région (avec Tarare et Saint-Paul-Trois-Châteaux, NDLR) sur les cinq implantées en France. « Cette J.V s’avère être vertueuse pour nos deux groupes » indique le directeur marketing de Gerflor, Arnaud Challande. De fait, Paprec récupère des marchés de collecte et de traitement d’une entreprise de renommée internationale, tandis que Gerflor a l’opportunité de se développer sur de nouvelles typologies de produits. « Nous nous adressons par exemple à des maîtres d’ouvrage dans le bâtiment qui ont des exigences HQE. Ce fut un argument par exemple pour décrocher le marché de l’hôpital de Chambéry où nous avons garanti un marché "zéro déchet "  » précise le porte-parole. Une pose standard engendre en moyenne 10% de chute. Raison pour laquelle Gerflor avait déjà mis en place depuis 2010 le programme "Seconde Vie". Mais avec Floor-to-Floor, l’opération va bien au-delà.

Loi non coercitive

La création de cette co-entreprise doit aussi répondre à une exigence législative. La loi de transition énergétique est officiellement entrée en vigueur au 1er janvier 2017. En théorie, elle impose aux professionnels distributeurs de matériaux du bâtiment de proposer à leurs clients un programme de récupération des déchets de chantier. « Même si elle n’a pas d’effets coercitifs, cette loi existe. C’est aussi pour en anticiper les conséquences qu’est née Floor to Floor » souligne le directeur marketing.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail