Saint-Étienne

Sport

L'ASSE dans la ligne de mire d'un repreneur contesté

Par Gilles Cayuela, le 11 mars 2021

En proie à des difficultés financières, l'ASSE serait, selon sa direction, la cible de "tentatives de déstabilisation". La dernière en date est à mettre au crédit de l'énigmatique homme d'affaires Jacques Pauly, qui a déjà tenté de prendre le contrôle du club par le passé. 

Avec une perte de chiffres d'affaires estimée à près de 40 millions d'euros, le bateau vert tangue mais suscite l'intérêt de l'homme d'affaires Jacques Pauly, candidat à la reprise. 
Avec une perte de chiffres d'affaires estimée à près de 40 millions d'euros, le bateau vert tangue mais suscite l'intérêt de l'homme d'affaires Jacques Pauly, candidat à la reprise.  — Photo : DR

Le mystérieux Jacques Pauly refait parler de lui à l’ASSE. À l’occasion d’une conférence de presse, qui s’est tenue le 10 mars dans un hôtel stéphanois, en présence de quelques journalistes triés sur le volet, le fondateur du groupe suisse Jason est revenu sur son projet avorté de reprise du club de foot de Saint-Etienne. Un projet qui date de 2009 mais qu’il entend toujours mener à terme.

À l’époque, Jacques Pauly avait tenté de prendre le contrôle de l’ASSE en reprenant 40 % des parts du club. Un protocole d’accord relatif aurait même été signé le 17 décembre 2009 avec la direction de l’ASSE. En 2018, Jacques Pauly affirmait même avoir déjà versé "400 millions d’euros le 30 décembre 2009 au siège régional du Crédit Agricole, à Saint-Etienne, alors que le compte était domicilié dans une petite agence de campagne ", celle d’Aurec-sur-Loire.

X3 France, une mystérieuse association

Ces fonds garantis par un SKR (Safe Keeping Receipt) émanant de l’établissement ABN AMRO Bank NV Amsterdam, se seraient, selon Jacques Pauly, volatilisés à la fermeture du compte, un mois plus tard, pour d’obscures raisons. Depuis, il tente de récupérer ces fonds mais ses actions en justice contre le Crédit Agricole sont restées vaines. "On ne va pas racheter l’ASSE alors que l’on a déjà versé 400 millions d’euros, assure-t-il. On va voir comment on peut récupérer le club."

"Il est grand temps que des gens sérieux reprennent l’ASSE", ajoute de son côté Philippe Miozzo, le directeur général de X3 France, la caution derrière ce projet de reprise. Basée dans le Gers, cette association disposerait, selon Jacques Pauly, de moyens à même de ramener l’ASSE au sommet de la hiérarchie européenne. "Ses actifs à la cotation, c’est aujourd’hui 69 milliards", assure l’intéressé, sans que l’on puisse vérifier ses dires.

"Tentatives de déstabilisation"

Ce retour sur le devant de la scène de Jacques Pauly intervient au moment même où le club, impacté par la crise sanitaire (billetterie à l’arrêt, baisse des ressources de merchandising et de partenariats) et la chute des droits TV, s’apprête à boucler l’exercice avec une baisse de chiffre d’affaires de près de 40 millions d’euros.

Hasard du calendrier ? Pas pour la direction du club qui "déplore des tentatives de déstabilisation qui se succèdent au moment précis où le club est confronté à des enjeux économiques et sportifs majeurs."

Avec une perte de chiffres d'affaires estimée à près de 40 millions d'euros, le bateau vert tangue mais suscite l'intérêt de l'homme d'affaires Jacques Pauly, candidat à la reprise. 
Avec une perte de chiffres d'affaires estimée à près de 40 millions d'euros, le bateau vert tangue mais suscite l'intérêt de l'homme d'affaires Jacques Pauly, candidat à la reprise.  — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail