Loire

Plasturgie

Lactips lève 13 millions d'euros pour industrialiser son plastique hydrosoluble

Par Gilles Cayuela, le 26 mai 2020

Producteur du premier plastique biodégradable et hydrosoluble à base de protéines de lait, la start-up ligérienne Lactips vient de boucler une levée de fonds de 13 millions d'euros. Une enveloppe qui devrait lui permettre d'accélérer son industrialisation avec en ligne de mire l'ouverture d'une nouvelle usine en 2021.

Une partie de l'équipe de Lactips avec au centre, en maillot turquoise, la dirigeante Marie-Hélène Gramatikoff.
Une partie de l'équipe de Lactips avec au centre, en maillot turquoise, la dirigeante Marie-Hélène Gramatikoff. — Photo : Lactips

Deux ans après avoir levé 3,7 millions d’euros, la start-up Lactips, qui produit du plastique biodégradable et hydrosoluble à base de protéines de lait, vient de boucler un nouveau tour de table de 13 millions d’euros. Une opération qui se traduit par l’entrée au capital des fonds « Société de Projet Industriel » (SPI), géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir et de Diamond Edge Venture (DEV), le fonds d’investissement dans l’innovation de Mitsubishi Chemical Holding Corporation (MCHC).

Qualifiée de « très structurante et stratégique » par la CEO et confondatrice de Lactips, Marie-Hélène Gramatikoff, cette levée de fonds devrait permettre à la start-up stéphanoise d’accélérer son développement. En ligne de mire l’industrialisation de son plastique hydrosoluble et biodégradable à base de protéine de lait et le développement de nouvelles applications à partir de ses granulés thermoplastiques fabriqués en France.

Une usine dans la vallée du Gier en 2021

Pour ce faire, la start-up de Saint-Jean-Bonnefonds prévoit de se doter en 2021 d’une nouvelle usine de production qui prendra ses quartiers dans la Vallée du Gier « sur un site de 2 500 m² permettant la revitalisation d’un ancien outil industriel régional », précise sans plus de détail la direction de Lactips dans un communiqué. Une usine qui devrait permettre à Lactips de porter sa capacité de production à 3 000 tonnes par an et au-delà.

La création de nouveaux postes (R & D, opérations commerciales, industrialisation et production, supports) viendra accompagner l’ouverture de cette nouvelle usine et le développement de Lactips qui emploie pour l’heure 45 salariés.

Une ouverture commerciale sur le Japon

Côté business, la start-up ligérienne devrait pouvoir s’appuyer sur son nouvel actionnaire MCHC pour s’ouvrir les portes du Japon, pays qui a pour objectif de recycler 100 % du plastique neuf d’ici 2035 en développant des solutions de remplacements biodégradables.

« Avec son polymère naturel, biodégradable et comestible, Lactips change la donne et promet d’aider à réduire la pollution plastique dans les décharges et les océans. Lactips offre à Mitsubishi Chemical Holdings Corporation une plateforme unique pour relever les défis créés par la contamination des plastiques et nous attendons avec impatience de multiples collaborations pour résoudre ces problèmes au Japon et au-delà. » conclut Patrick Suel, président de Diamond Edge Ventures.

Une partie de l'équipe de Lactips avec au centre, en maillot turquoise, la dirigeante Marie-Hélène Gramatikoff.
Une partie de l'équipe de Lactips avec au centre, en maillot turquoise, la dirigeante Marie-Hélène Gramatikoff. — Photo : Lactips

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail