Drôme

Plasturgie

La Clôture Française intègre les œuvres d’art dans ses produits sur mesure

Par Gilles Cayuela, le 10 juin 2022

Spécialiste des clôtures et portails en PVC, La Clôture Française franchit un nouveau cap dans sa stratégie de personnalisation en s’associant avec des artistes issus d’un collectif de grapheurs drômois.

La Clôture Française a fait appel à quatre artistes grapheurs pour personnaliser ses clôtures et portails en PVC. Ici une œuvre signée de la main de Maps.
La Clôture Française a fait appel à quatre artistes grapheurs pour personnaliser ses clôtures et portails en PVC. Ici une œuvre signée de la main de Maps. — Photo : La Clôture Française

Sublimer les clôtures des maisons et jardins en offrant aux particuliers la possibilité de les personnaliser. C’est le virage pris en 2020 par La Clôture Française. Lancée en 2015 par la société Plastiland (4 salariés ; 1,4 M€ de CA en 2021), filiale du spécialiste drômois de l’extrusion de profilés plastiques pour les professionnels CJ Plast (80 salariés ; 34 M€ de CA en 2021), la marque de clôtures et portails en PVC a investi l’année dernière 300 000 euros dans l’acquisition d’une imprimante grand format et d’une vernisseuse. Un investissement qui lui permet désormais d’imprimer n’importe quel motif sur les clôtures en PVC blanc, sortis tout droit des extrudeuses de sa maison mère. "Nous proposons différents motifs sur notre site internet mais le particulier peut aussi nous envoyer une photo de ce qu’il souhaite voir apparaître sur sa clôture", précise Pierre-Olivier Yanuz, directeur commercial de La Clôture Française.

Se démarquer de la concurrence

À l’origine, la marque drômoise a mis en place cette stratégie de personnalisation pour se démarquer de la concurrence tarifaire agressive des grandes surfaces de bricolage sur les produits standards. "Les gens ne comprenaient pas toujours pourquoi notre PVC blanc est trois fois plus cher que celui que l’on peut trouver dans une enseigne de bricolage concurrente. Ils le comprennent en général au bout de trois ans quand le nôtre est toujours blanc et que celui de nos concurrents est tout craquelé", ironise Pierre-Olivier Yanuz.

En plus des clôtures et portails en PVC, la marque drômoise propose des brises-vues.
En plus des clôtures et portails en PVC, la marque drômoise propose des brises-vues. - Photo : La Clôture Française

Pour ne plus avoir à souffrir la comparaison, La Clôture Française a néanmoins décidé d’assumer clairement son positionnement haut de gamme. "Nous faisons toujours des produits standards mais on tend à aller vers de plus en plus de personnalisation. Cela nous permet d’avoir des marges plus importantes - même si en ce moment avec l’inflation ce n’est pas trop ça - et surtout de toucher un public qui ne se serait pas forcément tourné vers des clôtures et portails en PVC", justifie le directeur commercial.

Cap sur une stratégie de collections

Pour aller encore plus loin dans la personnalisation et le haut de gamme, le fabricant de clôtures et portails en PVC a décidé récemment de mettre en valeur ses produits avec des créations réalisées par quatre artistes (Groek, Sowan, Maps et Nesta) issus d’un collectif de grapheurs basé à Valence. Une collaboration inédite qui a donné naissance à huit œuvres (4 en couleurs et 4 en noir et blanc) aujourd’hui intégrées au sein d’une gamme baptisée Virtuose.

"Le but n’est pas de les vendre ad vitam aeternam mais plutôt de renouveler dans le futur ce type de collaborations pour entrer dans une logique de collections et permettre à nos clients d’avoir des clôtures originales et que les voisins n’ont pas", expose Pierre-Olivier Yanuz.

En misant sur la personnalisation et les collections, ce dernier ambitionne d’atteindre les "2 millions d’euros de chiffre d’affaires sous un à deux ans". À plus long terme, La Clôture Française pourrait aussi élargir sa gamme à d’autres produits tels que les abris de jardins "même si le nom de notre marque restreint un peu le champ des possibilités", admet le directeur commercial.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition