Saint-Étienne

Restauration

Kafette invente la cantine connectée en circuit court pour les entreprises

Par Gilles Cayuela, le 16 juin 2022

Le créateur du food truck stéphanois La Cantine qui trottine Bertrand Soldat s’attaque au marché de la restauration en entreprise avec Kafette, un concept d’armoires réfrigérées connectées qui permet aux salariés de consommer des produits frais et locaux.

La start-up stéphanoise engagée Kafette prévoit d'installer ses deux premières armoires réfrigérées connectées en entreprise en septembre.
La start-up stéphanoise engagée Kafette prévoit d'installer ses deux premières armoires réfrigérées connectées en entreprise en septembre. — Photo : DR

Après son food truck de produits frais La Cantine qui trottine, Bertrand Soldat a décidé de pousser les portes des entreprises avec son nouveau concept de cantine connectée sur-mesure en circuit court, Kafette. Une offre de restauration qui consiste à installer des armoires réfrigérées équipées de la technologie RFID dans les entreprises. "Pour ouvrir l’armoire, on s’identifie avec un moyen de paiement, carte bancaire ou titre-restaurant. Le système reconnaît le produit choisi, ce qui déclenche la facturation, me permet d'avoir une vision quasiment en temps réel de l’état des stocks et de gérer les réapprovisionnements", décrit Bertrand Soldat.

Promouvoir les faiseurs locaux

Au-delà du volet technologique assez novateur, Kafette propose surtout un modèle économique résolument social et solidaire. "L’idée est de travailler en circuit court avec les faiseurs locaux - traiteurs, restaurateurs et petits producteurs - en amenant leurs préparations dans le monde de l’entreprise, un marché auquel ils n’ont pas accès directement", explique le dirigeant fondateur de la jeune pousse stéphanoise officiellement créée en février et incubée par Ronalpia.

Soucieux d’apporter aux entreprises des produits de qualité, Bertrand Soldat se charge de sélectionner en amont les fournisseurs dont les préparations intégreront ses fameuses armoires réfrigérées. "Je n’impose aucune recette, je n’ai pas l’obsession du bio. En revanche, je m’assure qu’il n’y ait pas de cuisine d’assemblage et que mes fournisseurs ne travaillent que des produits bruts frais. La seule chose que j’impose, c’est le conditionnement dans des bocaux et récipients en verre avec un système de consigne. De manière à éviter de générer des déchets papier et/ou carton", développe-t-il.

Pour l’heure, Kafette travaille avec sept partenaires, dont La Fabuleuse Cantine, l’Adapei (établissement de travail adapté), Facette (poké bowls et salade), La Piazetta (spécialités italiennes et siciliennes), La Ferme du terroir, le Gaec Le Champ Vert ou encore Globe Réceptions. "Nous avons choisi de travailler avec un cercle restreint de partenaires pour leur assurer suffisamment de volumes. Quand nous aurons installé une dizaine de frigos, nous élargirons ce cercle", précise Bertrand Soldat.

Deux premiers frigos en septembre

Ce seuil des dix armoires réfrigérées installées en entreprise, Kafette espère l’atteindre dès la première année. "Nous prévoyons de démarrer en septembre avec deux premiers clients situés sur une zone de chalandise qui couvre le territoire de Saint-Etienne Métropole. La première année servir à valider l’offre, le concept et les process métiers. Si cela fonctionne bien, on peut parfaitement imaginer dupliquer le concept à Lyon, Clermont-Ferrand et ailleurs. Il faudra simplement créer une agence sur place et un nouveau réseau de traiteurs, restaurateurs et producteurs locaux", pose Bertrand Soldat, qui vise 180 000 euros de chiffre d’affaires la première année et 800 000 euros à trois ans.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition