Auvergne Rhône-Alpes

Immobilier

Interview In'li Aura : "Nous investissons les territoires où les classes moyennes peinent à se loger"

Entretien avec Guillaume Hamelin, directeur général d'In'li Aura

Propos recueillis par Gilles Cayuela - 12 mai 2022

Filiale d’Action Logement Immobilier, le lyonnais In’li Aura poursuit le développement de son offre de logements intermédiaires sur la région Auvergne-Rhône-Alpes avec une enveloppe d’investissement de 140 millions d’euros en 2022.

Guillaume Hamelin, directeur général d'In'li Aura, espère atteindre les 9 000 logements intermédiaires à horizon de trois ans.
Guillaume Hamelin, directeur général d'In'li Aura, espère atteindre les 9 000 logements intermédiaires à horizon de trois ans. — Photo : Kaory Studio - Gilles Di Nallo

In’li Aura (CA 2021 : 55 M€ ; 100 salariés) a récemment annoncé un investissement de 120 millions d’euros. À quoi va servir cette enveloppe ?

À développer notre offre locative. In’li est une filiale du groupe Action Logement (ex-1 % Logement, NDLR). Une partie de nos ressources provient donc des entreprises via l’effort de construction qu’elles versent tous les ans. Ces ressources sont utilisées pour produire et entretenir des immeubles locatifs que nous louons ensuite, en priorité mais pas exclusivement, aux salariés desdites entreprises. En 2020, ainsi qu’en 2021, nous avions déjà investi 120 millions d’euros pour développer une offre nouvelle de logements intermédiaires. Cette année, nous remettons le couvert avec une nouvelle enveloppe de 120 millions d’euros. Ce qui correspond au financement de 600 logements neufs. À cela, nous rajoutons une enveloppe de 20 millions d’euros pour la réhabilitation et la rénovation énergétique de notre parc existant composé de 6 700 logements. Ce qui correspond à 300 à 400 logements rénovés par an.

In'li Aura est spécialisé dans le logement locatif intermédiaire. De quoi s’agit-il ?

C'est un logement dont le loyer est réglementé. Il se situe à mi-chemin entre le loyer du marché et celui du logement social. Le métier d’In’li est donc de proposer des logements sur ce segment aux salariés des classes moyennes qui ne relèvent pas du logement social et qui non pas les moyens de se loger dans le marché libre, que ce soit en locatif ou en accession à la propriété.

Est-ce que vous ciblez des zones géographiques spécifiques pour la création de logements intermédiaires neufs ?

Nous sommes plutôt Rhône-Alpes qu’Auvergne et, sur les 600 logements neufs programmés, un tiers est concentré sur la métropole lyonnaise. Les deux autres tiers sont fléchés sur le sillon alpin avec une répartition à 50/50 entre la partie nord, Annemasse et Annecy, et la partie sud, la métropole de Grenoble. Parallèlement, nous venons de nous défaire de 1 300 logements que nous avons vendus à des bailleurs sociaux en 2021 et début 2022. Ce qui nous a permis de dégager des fonds pour nos investissements et pour recentrer notre patrimoine sur les zones plus tendues.

Une nouvelle résidence In'li Aura à Thonon-les-Bains.
Une nouvelle résidence In'li Aura à Thonon-les-Bains. - Photo : In'li Aura

Qu’entendez-vous par "zones plus tendues" ?

Historiquement, nous étions présents sur plusieurs départements de la région dont la Drôme, la Loire et la Saône-et-Loire. Mais depuis deux ans, nous avons fait le choix de quitter ces zones où les ménages des classes moyennes n’ont pas besoin de nous pour se loger puisque l’écart de prix entre le logement social et le marché libre est très faible. À l’inverse, nous investissons les territoires plus tendus où les classes moyennes peinent à se loger.

Avec une offre de logement classique mais aussi de nouveaux modes de logements ?

Effectivement. Nous essayons d’avoir une offre diversifiée qui réponde aux besoins nouveaux des actifs. Nous avons donc commencé à développer une offre de logements meublés et une offre en coliving, c’est-à-dire de la collocation avec services, qui plaît beaucoup aux salariés en mobilité, aux jeunes et aux personnes isolées. Sur les trois prochaines années, nous allons continuer cette stratégie de repositionnement et de développement de notre offre pour atteindre les 9 000 logements.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition