Loire

Commerce

Griffe d'Or mise sur la franchise pour poursuivre son ascension

Par Gilles Cayuela, le 03 février 2020

Trente ans après avoir ouvert une première onglerie à Saint-Etienne, Griffe d'Or vient de lancer son nouveau concept d'institut de beauté entièrement dédié à sa marque phare Yumi. Un concept que la PME familiale basée à Andrézieux-Bouthéon entend bien développer en franchise dès 2020.

Les époux Rouiller et leur fille Camille, amenée à présider aux destinées de l'entreprise familiale.
Les époux Rouiller et leur fille Camille, amenée à présider aux destinées de l'entreprise familiale. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Fin 1989, Laurence Rouiller ouvrait une petite onglerie place Dorian. Trente ans plus tard, l’enseigne rebaptisée Griffe d’Or en 1997, pèse 6 M€ et emploie 24 salariés. « Nous sommes devenus distributeurs de produits pour les ongles à destination des professionnels (instituts de beauté, ongleries, grossistes et écoles d’esthétiques), puis centre de formation et à partir de 2001, nous avons commencé à développer nos produits sous notre propre marque. J’ai ouvert un second établissement à Saint-Etienne et mon mari nous a rejoints pour s’occuper de la partie distribution et commerciale avec le démarrage dès 2004 d’un développement national », résume la fondatrice.

L’international avec Yumi

En pleine croissance et confrontée à un problème de place, Griffe d’Or investit 500 000 € en 2008 dans la construction de 600 m² sur la ZAC des Murons à Andrézieux-Bouthéon et entame l’année suivante sa diversification. « Nous sommes devenus le distributeur pour la France de la marque suisse Yumi, spécialisée dans le rehaussement de cils. La marque fonctionnait bien auprès des clients mais, en 2012, la direction du groupe suisse a décidé d’arrêter. C’est là que nous avons pris le pari de racheter la marque et le stock », explique Richard Rouiller.

Un pari gagnant qui permet à Griffe d’Or de faire ses premiers pas à l’international. « Yumi était présent en Grande-Bretagne, en Irlande, en Suisse et aux Pays-Bas. Très rapidement, nous avons signé avec des distributeurs en Russie, en Finlande, en Belgique, à Dubaï… Nous sommes aujourd’hui présents dans 70 pays. Ce qui fait de Yumi la première marque mondiale de rehaussement de cils », développe Laurence Rouiller.

Un institut pilote

Spécialiste du cil, la marque phare de Griffe d’Or s’est diversifiée en lançant en 2017 un soin pour les pieds (Yumi Feet), puis un soin pour les ongles (Yumi Nails) et un autre pour les sourcils (Yumi Brows) en 2019. « Notre objectif était de proposer des soins efficaces et rentables pour les esthéticiennes qui peinent à gagner leur vie, avec des soins souvent trop longs et à des prix trop bas. Et c’est ce qui nous a conduits à aller encore plus loin en imaginant notre nouveau concept d’institut Yumi Beauty Studio by Griffe d’Or », explique Laurence Rouiller. « Nous axons désormais tout notre développement futur sur Yumi et sur cet institut pilote que nous venons d’ouvrir sur Saint-Etienne. L’objectif était d’ouvrir le salon de la franchise avant, en mars, pour pouvoir présenter notre concept », abonde Richard Rouiller.

Implanté au 30, rue Saint-Jean à Saint-Etienne, dans les anciens locaux de l’enseigne Griffe d’Or, ce nouvel espace de 180 m² a été pensé et agencé par le ligérien Styl’O’Deco avec pour objectif d’apporter aux clients professionnels de Yumi un concept global, qui décline les quatre axes de la marque (Lashes, Feet, Nails, Brows) et leur apporte une solution clé en main pour organiser leurs rendez-vous, accueillir leurs clients et gérer les formations.

Un institut dans lequel les époux Rouiller ont investi 200 000 € et dont la gestion a été confiée à leur fille Camille, qui aura également la charge de développer le réseau de franchises associé dans l’avenir. « Nous souhaitons ouvrir très rapidement un second établissement à Lyon, sans doute en propre, avant de franchiser, pour arriver à une dizaine de points de vente d’ici fin 2020. Nous avons déjà de nombreuses demandes de clients professionnels y compris à l’étranger », conclut Camille Rouiller.

Les époux Rouiller et leur fille Camille, amenée à présider aux destinées de l'entreprise familiale.
Les époux Rouiller et leur fille Camille, amenée à présider aux destinées de l'entreprise familiale. — Photo : Gilles Cayuela - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail