Lyon

Industrie

À Global Industrie, la Métropole de Lyon se prononce pour une industrie plus responsable

Par Pierre Lelièvre, le 07 septembre 2021

Une fondation, un fonds et un manifeste en faveur d’une industrie vertueuse sur les plans social et environnemental. Tel est le triptyque proposé par la Métropole de Lyon pour le développement de l’industrie sur le territoire métropolitain.

À l’occasion du salon Global Industrie, entouré d’une quinzaine de dirigeants d’entreprises industrielles, Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, a dévoilé sa vision et ses projets pour l’accueil et le développement de l’industrie sur le territoire.
À l’occasion du salon Global Industrie, entouré d’une quinzaine de dirigeants d’entreprises industrielles, Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, a dévoilé sa vision et ses projets pour l’accueil et le développement de l’industrie sur le territoire. — Photo : Pierre Lelièvre

L’exécutif de la Métropole de Lyon a choisi le salon Global Industrie - qui se tient à Eurexpo Lyon du 6 au 9 septembre - pour dévoiler sa vision de l’industrie et les critères qu’elle compte mettre en œuvre pour accueillir, développer et renforcer les entreprises industrielles sur son territoire. À ceux qui craignaient un exécutif écologiste opposé à toute forme d’industrie, la Métropole et son président Bruno Bernard ont pris le contre-pied, se prononçant pour une industrie porteuse de sens, responsable sur le plan environnemental et socialement juste.

"Nous voulons accueillir de l’industrie dans la métropole, a rappelé Bruno Bernard. Tout l’enjeu est de parvenir à relocaliser une industrie décarbonée, respectueuse de normes environnementales et sociales alors que 20 % de la consommation en eau de notre territoire et 25 % de la consommation d’énergie est captée par l’industrie".

C’est tout le sens, selon les élus, du Manifeste "pour une industrie qui se transforme et s'engage" dévoilé le 6 septembre. En somme : une industrie cohérente avec les besoins du territoire, limitant les risques industriels, disposant d’une empreinte énergétique réduite, pourvoyeuse d’emplois et source de coopérations entre l’ensemble des acteurs. Une quinzaine d’entreprises sont déjà signataires du Manifeste.

Un fonds à près de 50 millions d'euros

En parallèle, la Métropole de Lyon a précisé la mesure phare de son plan pour accompagner et soutenir les jeunes entreprises industrielles. Présenté au printemps, le fonds d’amorçage industriel à impact environnemental et social – financé à hauteur de 5 et 17 millions d'euros par les métropoles de Saint-Etienne et Lyon et auquel la Banque des Territoires ajoute 7 millions d'euros – devrait légèrement accélérer d’ici à la fin de l’année. Sur les 80 millions d'euros de dotation espérés a minima pour le fonds, la barre des 50 millions d'euros est en passe d’être atteinte. GRDF, IFP Énergies Nouvelles et la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes figurent comme les premiers partenaires privés à abonder dans ce fonds. Fin septembre, un premier closing est attendu pour des premiers tickets engagés d’ici à la fin de l’année, a annoncé Emeline Baume, première vice-présidente de la Métropole de Lyon, déléguée à l’économie.

"Une centaine d’entreprises se sont déjà portées candidates pour être accompagnées financièrement par le fonds", a précisé la vice-présidente du Grand Lyon, accompagné pour l’occasion de Georges Hallary, son homologue à Saint-Etienne Métropole. Reste désormais aux deux collectivités à convaincre de nouveaux partenaires privés d'investir à leurs côtés sur de l’amorçage de long terme. "Nous sommes sur un engagement de huit à douze ans auprès des jeunes entreprises industrielles que nous accompagnerons afin de les aider à passer la période délicate de l’amorçage", a-t-elle notamment rappelé.

Rapprocher l’industrie des habitants

En parallèle, Lyon et Saint-Etienne se sont accordés sur la mise en place de la Fondation pour la reconnexion industrielle avec l’aide de l’UIMM Lyon France. Présidée par Marc Chassaubéné, vice-président de Saint-Etienne Métropole délégué au design et au numérique, cette fondation aura pour but de rapprocher les habitants du tissu industriel tout en dépoussiérant l’image souvent négative qui colle au secteur

Dotée d’un budget de 2 millions d'euros sur trois ans (financé par la Banque des Territoires, les deux collectivités et l’UIMM), elle devrait engager deux appels à projets par an pour 400 000 euros de budget par projet. Surtout, elle aura pour but de développer l’attractivité des métiers industriels auprès des jeunes. Un défi pour parvenir à combler les besoins de main-d’œuvre des entreprises du secteur.

À l’occasion du salon Global Industrie, entouré d’une quinzaine de dirigeants d’entreprises industrielles, Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, a dévoilé sa vision et ses projets pour l’accueil et le développement de l’industrie sur le territoire.
À l’occasion du salon Global Industrie, entouré d’une quinzaine de dirigeants d’entreprises industrielles, Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, a dévoilé sa vision et ses projets pour l’accueil et le développement de l’industrie sur le territoire. — Photo : Pierre Lelièvre

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail