François Massardier : La passion des réseaux

Par Stéphanie Gallo, le 06 avril 2012

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

À 31 ans, il est partout. Du moins, dans les milieux professionnels. Certes, sa famille n'est pas inconnue à Saint-Étienne puisque son père co-dirige l'entreprise Diffusion Technique Française. Mais c'est bien son parcours personnel et son implication très importante dans le développement de l'économie locale qui l'ont définitivement ancré dans le paysage économique stéphanois. Ancien étudiant de Sciences Po Toulouse, titulaire d'un DESS en relations européennes, il est à la tête d'une petite entreprise, Calif, spécialisée dans le conseil en communication et dans le lobbying. «Pendant mes études, j'ai réalisé un stage à la direction des relations publiques du Medef. Il a orienté toute ma carrière: j'ai adoré ce métier d'interface entre le monde politique et le monde des entreprises. Je me suis ensuite spécialisé, à Bruxelles, dans les affaires publiques et le lobbying», se souvient le jeune patron. «Je suis passionné par ce monde-là. Je n'exclus pas, un jour, de faire de la politique». Un pied à Paris, un pied à Saint-Étienne, François Massardier est un véritable ambassadeur de Saint-Étienne. «Je suis né ici. C'est vraiment ma ville. Et je suis toujours très ennuyé lorsque mes interlocuteurs la dénigrent». Pour faire changer l'image de Saint-Étienne, il a créé le club des Stéphanois de Paris. Un club qui concilie deux de ses passions: l'amour de Saint-Étienne et celui des réseaux. Croissance Plus, Club des Stéphanois à Paris, CJD, et plus dernièrement Loire Velay Angels dont il est un des instigateurs... le jeune dirigeant aime s'investir et rencontrer sans cesse des profils variés. Dernière preuve en date, il fait partie de l'équipe rassemblée autour d'André Laurent pour la reprise de TL7.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises