Rhône

Agriculture

Comment Oxyane veut accroître les revenus de ses agriculteurs coopérateurs

Par Déborah Berthier, le 11 janvier 2022

Créée en juillet 2020 suite à la fusion de la Coopérative Dauphinoise et Terre d’Alliances, la coopérative agricole Oxyane accompagne ses agriculteurs-coopérateurs dans la diversification dans la production d’énergie solaire et le positionnement sur des filières plus rémunératrices. Objectif : les aider à développer leurs revenus.

La coopérative agricole Oxyane est implantée dans 10 départements : Rhône, Ain, Drôme, Isère, Jura, Loire, métropole de Lyon, Saône-et-Loire, Savoie et Haute-Savoie.
La coopérative agricole Oxyane est implantée dans 10 départements : Rhône, Ain, Drôme, Isère, Jura, Loire, métropole de Lyon, Saône-et-Loire, Savoie et Haute-Savoie. — Photo : DR

En pénétrant dans les bureaux flambant neufs du bâtiment qu’Oxyane partage avec une poignée d’autres sociétés, au cœur de la Zac de Pusignan, petite commune de l’Est lyonnais, difficile d’imaginer qu’il s’agit du siège social de la première coopérative agricole régionale (hormis Limagrain, le spécialiste auvergnat des semences). Avec ses 1 950 salariés, ses 7 000 adhérents répartis sur dix départements entourant le Rhône et ses 624,5 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé en 2020, Oxyane s’affiche même dans le top 25 français.

Un an et demi d'existence

Le groupe a pourtant à peine un an et demi d’existence. Il est né en juillet 2020 de la fusion des coopératives Terre d’Alliances et Dauphinoise, bien implantées sur le territoire rhônalpin. Son activité englobe aujourd’hui la production de semences, la distribution au grand public, via le réseau de magasins Gamm’Vert, mais aussi la commercialisation de matériel agricole, la production de colza, de viande, d’alimentation animale ou encore d’œufs.

"Cette fusion nous a permis d’optimiser nos coûts de fonctionnement et d’accroître notre rentabilité", explique Georges Boixo, le directeur général d’Oxyane. Notamment en rendant possible une contraction des effectifs, grâce au non-remplacement de certains départs en retraite dans les prochaines années et un rapprochement des services des deux anciennes coopératives. Mais aussi en consolidant la position de leader du groupe sur le territoire rhônalpin.

Préparer le futur

"Cette fusion a vocation à nous aider à nous préparer à un monde qui change, qu’il s’agisse de réchauffement climatique, de transition vers l’agriculture biologique, d’évolution des réglementations françaises et européennes. Nos marges de manœuvre sont accrues grâce à notre rapprochement", plaide Georges Boixo.

Pour mieux se projeter dans ce futur, Oxyane s’est fixé une feuille de route pour 2025, avec comme objectif majeur d'aider les agriculteurs à développer de nouvelles sources de revenus. Une stratégie qui passe notamment par la diversification dans la production d’énergies renouvelables. Pour cela, la coopérative agricole s’est associée à l’entreprise lyonnaise Terre et Lac, spécialisée dans les solutions solaires, et a lancé en 2021 Oxyane Solaire. La mission de cette branche de la coopérative est d’accompagner les agriculteurs dans la mise en place d’installations photovoltaïques sur leurs terrains. Concrètement, Oxyane Solaire propose aux agriculteurs de mettre à disposition les toitures de leurs hangars agricoles pour y installer des panneaux. L’investissement est mutualisé entre les agriculteurs, tout comme les revenus issus de la production d’énergie. "L’investissement de départ est réduit et les agriculteurs qui choisissent de se tourner vers le photovoltaïque en tirent des revenus stables pendant trente ans", appuie le directeur général de la coopérative, laquelle a mis à disposition une partie de ses toitures pour l’installation de panneaux.

Développer des filières plus rémunératrices

Autre objectif à l’horizon 2025 : développer les filières vers l’amont et vers l’aval, de façon à être positionné sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Le réseau de distribution d’Oxyane va ainsi être consolidé. Mais la coopérative entend surtout construire des débouchés pérennes, d’un point de vue économique comme écologique. "Il faut que nous trouvions des moyens pour que nos agriculteurs développent leurs sources de revenus", décrit Georges Boixo. Oxyane porte notamment le projet de développer une ligne de production de soja dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, de la semence jusqu’au panier du consommateur. "Cela implique d’inviter les coopérateurs à remplacer certaines de leurs cultures par du soja. Nous devons leur montrer l’intérêt d’une telle transition."

Pour cela, la coopérative entend investir dans un outil de transformation pour valoriser les cultures. "Il faut également penser au stockage, au transport, à la distribution et à la commercialisation. Les tourteaux de soja pourraient permettre de nourrir les élevages des coopérateurs d’Oxyane et à produire des aliments transformés qui seraient ensuite commercialisés par ailleurs", explique Georges Boixo, évoquant la demande croissante de produits à base de soja de la part des consommateurs. Une légumineuse qui est, à l’heure actuelle, très majoritairement importée d’Amérique du Sud.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition