Haute-Savoie

Industrie

Comment le sous-traitant automobile Bosch Marignier développe une offre d'accompagnement de start-up industrielles

Par Déborah Berthier, le 21 juillet 2022

L’assembleur de directions assistées Bosch Marignier, installé en Haute-Savoie, a lancé en 2021 une offre d’assemblage et d’accompagnement à destination des start-up et industriels. Un challenge pour cette PME industrielle poussée à la diversification par l’évolution du marché de l’automobile.

Dans le cadre de sa nouvelle offre d'assemblage et d'accompagnement à destination des start-up et industriels, le sous-traitant haut-savoyard Bosch Marignier assemble notamment les radiateurs de la start-up Lancey.
Dans le cadre de sa nouvelle offre d'assemblage et d'accompagnement à destination des start-up et industriels, le sous-traitant haut-savoyard Bosch Marignier assemble notamment les radiateurs de la start-up Lancey. — Photo : Romain Guyeu-Dich

Dans cette usine implantée à Marignier, en Haute-Savoie, on assemble des équipements automobiles depuis 1947. Chaque année, entre 500 000 et 600 000 systèmes de direction assistée, destinés à intégrer des véhicules Volkswagen ou Stellantis sont fabriqués. Mais depuis un peu plus d’un an, des radiateurs connectés et même des scooters des neiges électriques sortent également régulièrement des lignes de Bosch Marignier (90 M€ de chiffre d'affaires, 170 salariés). La filiale du groupe Bosch a entamé, il y a quatre ans, une démarche de diversification qui s’est concrétisée en 2021 par le lancement d’Alpsolu, une offre d' "assemblage d’innovations", comme la désigne Grégory Challamel, le directeur du site.

Une offre d’assemblage en sous-traitance pour les start-up

Dès 2018, Bosch Marignier avait senti le vent tourner. "Nous avons observé les mutations du secteur de l’automobile et de la mobilité dans son ensemble, explique Grégory Challamel. Nous avons vu l’évolution du marché, avec une consolidation des gros acteurs, la disparition des systèmes de direction hydrauliques au profit des électriques avec des volumes déjà installés et peu d’opportunités de croissance pour nous. Soit on attendait, soit on essayait de gagner en autonomie en démarrant une diversification."

Avant de se lancer dans cette deuxième option, la PME industrielle a mené une démarche de réflexion, étalée sur deux ans. "Nous avons préféré ne pas nous appuyer sur un cabinet de conseil mais plutôt consulter notre écosystème local, détaille le directeur du site. Nous avons passé beaucoup de temps à nous interroger, non pas sur ce que nous voulions faire mais sur la raison pour laquelle nous voulions le faire. " Une trentaine d’entretiens avec des banques, des entreprises voisines, des fournisseurs, des prescripteurs, etc., ont été conduits. Objectif : évaluer leur situation et leurs besoins. De cette démarche est né Alpsolu, une offre de sous-traitance d’assemblage et d’accompagnement pour start-up et industriels, lancée en avril 2021, avec le soutien, notamment financier, du groupe Bosch.

Avec cette solution, Bosch Marignier veut accompagner les acteurs, du territoire notamment, dans la phase d’industrialisation de leur produit. "Nous les aidons dans un premier temps à comprendre ce que veut dire industrialiser. Les start-up ont souvent des difficultés lors de cette étape car leur prototype n’a pas été conçu pour être assemblé en série. Nous revoyons le design en intégrant également une analyse des risques." Concrètement, Bosch Marignier commercialise des journées de prestation de service. Les start-up peuvent venir sur le site, consulter les techniciens de Bosch et bénéficier d’un accompagnement.

Entre 4 et 5 millions d’euros d’investissement

En 2021, deux start-up ont fait appel aux services de la société : Moonbikes, basée à côté d’Annecy, qui a développé un scooter des neiges électrique. Et Lancey, jeune pousse grenobloise qui développe et commercialise un radiateur électrique connecté intelligent, qui a collaboré avec Bosch Marignier pour l’assemblage d’une première série de 800 unités.

D’ici deux ou trois ans, cette activité doit devenir "un pilier" de la PME de Marignier, jusqu’à constituer entre un tiers et la moitié du chiffre d’affaires de la société. Au total, le projet représente un investissement de quatre à cinq millions d’euros, qui implique la mise en place d’une équipe commerciale pour "aller chercher de nouveaux clients". Et le développement d’un outil d’assemblage avec "une très grande flexibilité" : des postes de travail standard, équipés de réalité augmenté et d’outils et équipements intelligents et modulaires.

"Redevenir entrepreneur"

C’est une évolution de taille pour Bosch Marignier, qui fait valoir "la flexibilité d’une petite unité" avec "la force d’un grand groupe". "Dans l’automobile, entre le moment où on nous présente le cahier des charges et celui où la production en série démarre, il s’écoule en moyenne quatre ans. Là, entre la première rencontre et la mise en production, on nous demande plutôt un délai de quatre mois, explique Grégory Challamel. Et nous redevenons entrepreneur."

Une vingtaine de personnes sont mobilisées sur le projet, plutôt issues de l'interne. "Si on recrute, ce sera pour venir remplacer des salariés qui seront passés sur le projet Alpsolu, précise-t-il. Pour les salariés, suivre ce projet est aussi vecteur de sens. On s’ancre dans notre écosystème et on peut accompagner l’assemblage d’un produit fini de A à Z, on rencontre le client, teste le produit, etc."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition