Ardèche

Industrie

Chamatex inaugure son unité de production de chaussures de sport

Par Marie Paturel, le 15 septembre 2021

Lancée en 2019 autour de six acteurs (Chamatex, Siemens, Groupe Zebra, Salomon, Babolat et Millet), l’usine ardéchoise ASF 4.0 s’apprête à fabriquer ses premières paires de chaussures de sport. Un pari ambitieux, fondé sur l’innovation et le partage des compétences.

Le carnet de commandes donnant de la visibilité à ASF 4.0 pour les trois prochaines années, une extension de l’usine est d’ores et déjà envisagée, indique Salomon.
Le carnet de commandes donnant de la visibilité à ASF 4.0 pour les trois prochaines années, une extension de l’usine est d’ores et déjà envisagée, indique Salomon. — Photo : Chamatex

C'est la concrétisation d'un projet industriel lancé en septembre 2019 par six acteurs : Chamatex, Siemens, Groupe Zebra, Salomon, Babolat et Millet. L’usine de production de chaussures de sport françaises ASF 4.0 (Advanced Shoe Factory) est inaugurée le 16 septembre sur le site d’Ardoix, en Ardèche. Les premières paires de chaussures "made in France" sortiront bientôt des lignes de production.

Le projet, aussi ambitieux qu’osé sur un marché cannibalisé par la fabrication asiatique, a nécessité 10 millions d’euros d’investissement. "Deux millions dédiés à la construction du bâtiment et huit millions d’euros dévolus à l’exploitation, dont 4,5 millions pour l’outil industriel et 3,5 millions pour la dotation en fonds de roulement", détaille Julian Dykiert, directeur du développement Chamatex Group.

150 000 paires en 2022

D’ici à fin 2021, ASF 4.0 devrait produire 15 000 paires de chaussures et la montée en puissance sera progressive jusqu’en 2024 (150 000 paires en 2022 puis 250 000 en 2023), année où la production atteindra 400 000 paires. La capacité maximale de l’usine s’élève à 500 000 paires annuelles soit 10 à 15 millions d'euros de chiffres d'affaire. Salomon commandera environ 50 % du volume (le reste étant acheté par Babolat et Millet), ce qui représentera une infime partie de la production de l’équipementier annecien qui vend chaque année 11 millions de paires de chaussures dans le monde. ASF 4.0 emploie actuellement une vingtaine de personnes à Ardoix et devrait progressivement embaucher jusqu’à atteindre une cinquantaine de salariés (40 en production et 10 en back-office). Le carnet de commandes donnant de la visibilité à ASF 4.0 pour les trois prochaines années, une extension de l'usine est d'ores et déjà envisagée.

À la tête de 10 % du capital d’ASF 4.0 (60 % étant détenus par Chamatex), Salomon fait de nouveau le pari de la fabrication française alors qu’elle avait dû abandonner son projet "Mesh" reposant sur une réduction drastique du nombre de composants. "Mesh nous a permis de comprendre que nous sommes des concepteurs designers et non des industriels", indique Guillaume Meyzenq, vice-président de Salomon Footwear, préférant s’allier avec Chamatex, Siemens et le groupe Zebra pour fabriquer la tige des chaussures de sport grâce à la technologie Matryx, un textile technique très résistant et déjà utilisé par plusieurs marques.

"L’usine d’Ardoix ne ressemblera à aucune autre. C’est en cela que je n’aime pas parler de relocalisation car on ne réimplante pas en France ce qui est actuellement réalisé ailleurs : on crée quelque chose de nouveau", affirme le vice-président de Salomon Footwear.

À la clé : une réactivité et une flexibilité accrues, une empreinte carbone plus faible et des prix de vente compétitifs sur le marché de la chaussure de sport haut de gamme (120-200 € la paire). "Le made in France répond aux nouvelles attentes du consommateur, ajoute Guillaume Meyzenq. L’avenir nous permettra de savoir s’il sera pertinent de créer d’autres usines et si, grâce à d’autres innovations, nous pourrons fabriquer l’intégralité d’une chaussure en France."

Le carnet de commandes donnant de la visibilité à ASF 4.0 pour les trois prochaines années, une extension de l’usine est d’ores et déjà envisagée, indique Salomon.
Le carnet de commandes donnant de la visibilité à ASF 4.0 pour les trois prochaines années, une extension de l’usine est d’ores et déjà envisagée, indique Salomon. — Photo : Chamatex

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail